CAF: Qu’est-ce qui ne fonctionne pas dans le système des pensions alimentaires impayées actuel? Racontez-nous

VOUS TEMOIGNEZ Lors de sa conférence de presse, Emmanuel Macron a annoncé la création d’un système de recouvrement des pensions alimentaires impayées, un organisme existe déjà, pourtant le problème persiste. Y avez-vous été confronté ?

Ingrid Zerbib

— 

Illustration d'une famille monoparentale.
Illustration d'une famille monoparentale. — GILE MICHEL/SIPA

Lors de sa conférence de presse du 25 avril post-grand débat national, Emmanuel Macron a annoncé la création d’un système de recouvrement des pensions alimentaires impayées.

« Je veux que nous mettions en place, de manière très rapide, un système où on donnera la prérogative de puissance publique à la Caisse d’allocations familiales (CAF), pour qu’elle puisse aller prélever directement les pensions alimentaires dues, quand elles ne sont pas versées », a ainsi affirmé le président de la République. Un geste en faveur des « mères seules qui élèvent leurs enfants » largement représentées dans les manifestations des « gilets jaunes » et qui ont du mal à obtenir les pensions alimentaires qui leur sont dues.

Cette mesure concernerait 900.000 personnes. L’opposition a fait valoir qu’un organisme, l’Agence de recouvrement des impayés de pensions alimentaires (Aripa), existait déjà depuis janvier 2017. En pratique, nombre de femmes concernées ne font pas appel à l’Aripa, comme le notait le think tank Terra Nova dans son étude sur le sujet.

Qu’est-ce qui ne fonctionne pas, selon vous, dans le système des pensions alimentaires impayées actuel ? Avez-vous vous-même été confronté(e) à un problème de pension alimentaire impayée de la part de votre ex-conjoint(e) ? Comment avez-vous fait ? Qu’avez-vous fait ? Avez-vous contacté une personne ou un organisme tiers ? Connaissiez-vous l’Agence de recouvrement des impayés de pensions alimentaires (Aripa) ? L’avez-vous contactée ? Avez-vous renoncé à cette pension due, par crainte de représailles de votre conjoint(e) ? Racontez-nous. Vous pouvez témoigner en remplissant le formulaire ci-après. Vos témoignages serviront à la rédaction d’un article. Merci d’avance.