Manifestation du 1er-Mai: 164.500 manifestants dans toute la France, selon l'Intérieur, le double selon la CGT

FETE DU TRAVAIL Revivez le déroulement des manifestations du 1er-Mai dans toute la France...

B.C. et L.Br.

— 

Un manifestant
Un manifestant — Anne-Christine POUJOULAT / AFP

L’ESSENTIEL

  • Les syndicats CGT, FO, la FSU, Solidaires, l’Unef et l’UNL ont appelé ce mercredi à « une forte journée de mobilisation » « pour l’amélioration des droits des travailleurs-se-s, pour le progrès social, la paix et la solidarité internationale ».
  • A Paris, leur cortège commun doit partir 14h30 de Montparnasse pour rejoindre la place d’Italie. Un parcours fortement sécurisé où tous les commerces, débits de boissons et restaurants devront être fermés le temps de la manifestation. Plus de 7.400 membres des forces de l’ordre seront déployés dans la capitale, le ministère de l’Intérieur craignant la présence de 1.000 à 2.000 « black blocs ».
  • Vers 17h, la préfecture de police de Paris annonçait 288 interpellations et avoir procédé à 15.306 contôles préventifs.
  • Les syndicats craignent que leurs revendications ne passent inaperçues alors que les « black blocs » appellent à transformer Paris en « capitale de l’émeute ». Des appels à un 1er-Mai « noir et jaune » ont été lancés sur les réseaux sociaux..
  • La journée de mercredi sera le « véritable test ». Le défilé du 1er-Mai 2018 avait vu environ 14.500 personnes, selon les autorités, manifester dans Paris. Au milieu, 1.200 « black blocs », selon la police. La manifestation avait été marquée par les images de dégradations, d’un Mc Donalds en feu face à la gare d’Austerlitz et de manifestants bloqués sur le pont du même nom.

L’ESSENTIEL

A LIRE AUSSI

 

23 heures : C’est la fin de ce live, merci de l’avoir suivi avec nous. Rendez-vous sur 20minutes.fr pour retrouver les suites de cette journée de manifestations !

21h54 : Une journée calme partout en France

En région, la journée du travail a été globalement célébrée dans une ambiance festive par les syndicalistes, les «gilets jaunes» et les politiques, mais sous haute surveillance policière. Plusieurs préfectures ont interdit des défilés dans le centre ville, comme à Caen ou à Lyon.

Ils étaient 6.200 à Lyon, 5.500 à Marseille, 3.400 à Nantes, 2.400 à Montpellier, 2.100 à Besançon, 1.800 à Saint-Etienne, 1.600 à Strasbourg, 1.500 à Lille, 1.400 à Dijon, selon la police, et jusqu'à 20.000 à Toulouse, selon la CGT.

21h08 : Martin Hirsch annonce qu’une plainte va être déposée après l’intrusion de manifestants dans un hôpital du 13e arrondissement

Le directeur général de l’AP-HP va déposer plainte au nom des Hôpitaux de Paris après « la tentative d’intrusion violente dans le service de réanimation chirurgicale ». Lors de la manifestation du 1er-mai, des manifestants ont pénétré dans l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

 

20h30 : Christophe Castaner a pris la parole après la manifestation

Le ministre de l’Intérieur a salué les forces de l’ordre avant de déplorer l’attaque de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (13e arrondissement de Paris) et de commissariats de la capitale. « Les infirmières ont dû préserver le service de réanimation », a poursuivi le ministre sur BFMTV.

 

19h40 : 33 manifestants blessés et près de 20.000 contrôles préventifs à Paris

Décidément, c’est l’heure des chiffres. La préfecture de police de Paris dresse un premier bilan de cette journée de manifestation du 1er-Mai. A 19 heures, elle a compté :

- 33 manifestants blessés
- 5 blessés parmi les forces de l’ordre
- 19.785 contrôles préventifs
- 27 verbalisations sur le périmètre interdit
- 336 interpellations
- 20 interventions de sapeurs-pompiers pour le feu
 

19h31: 164.500 manifestants en France dont 28.000 à Paris, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur

19h10 : Emmanuel Macron s’est exprimé sur Twitter

Le chef de l’Etat n’a pas réagi aux violences qui ont émaillé le cortège, ni au nombre de manifestants présents dans le défilé. En revanche, il a remercié les travailleurs sur Twitter.

 

19h01 : Retour sur la journée de manifestation en images

 

18h44 : Voici un premier petit bilan de la manifestation

 

18h40 : Une école touchée dans le 13e arrondissement

Selon le maire socialiste du 13e arrondissement de Paris, Jérôme Coumet, une école de la rue Fagon a été touchée par des dégradations.

 

18 h 34 : Le calme revenu place d’Italie

Après avoir été le théâtre de nombreux heurts, le calme est revenu place d’Italie avec l’arrivée du cortège syndical.

 

18h27 : 310.000 manifestants selon la CGT Vs 151.000 pour l’Intérieur

La guerre des chiffres se poursuit. Alors que le ministère de l’Intérieur a annoncé en milieu d’après-midi que 151.000 personnes avaient participé aux manifestations à travers toute la France, la CGT vient d’indiquer qu’ils étaient 310.000 personnes selon son comptage au sein des 250 cortèges recensés.

C’est 100.000 personnes de plus que l’an dernier selon l’organisation syndicale.

18h20 : Sortie sans gilet jaune

 

18h15 : Le cortège de la CGT place d’Italie

Alors que le cortège a été scindé, les militants de la CGT sont à nouveau place d’Italie, là où la manifestation est censée se disperser

 

18h10 : Les transports parisiens perturbés

La ligne 5 est interrompue entre Gare Austerlitz et Place d'Italie.

 

18h05 : Une caravane de chantier en feu

Le feu a été mis à une caravane de de chantier sur le quai de la Râpée, d'ou la fumée visible de loin

 

18h : L’hélico de la gendarmerie de sortie à Toulouse

Depuis plusieurs heures maintenant, les manifestants toulousains et les forces de l’ordre jouent au chat et à la souris dans les rues de la Ville rose. L’hélicoptère de la gendarmerie survole depuis de longues minutes Toulouse.

 

17h56 : Maxime Nicolle a appelé les « street medics » pour aider le CRS blessé

Même s’il a régulièrement des mots avec les CRS, la figure des « gilets jaunes » a interpellé les secouristes pour qu’ils viennent en aide au policier.

 

17h50 : Des blessés parmi les manifestants

Les « street medics » ont comptabilisé plusieurs blessés parmi les manifestants au cours de la manifestation parisienne. L’un d’eux a été « touché à la mâchoire par un tir de lanceur de balles de défense (LBD) », a affirmé l’un des secouristes à un journaliste de l’AFP.

17h40 : Un policier blessé, 288 interpellations

Selon la préfecture de Paris, un policier a été blessé au visage, il a été pris en charge et hospitalisé. Un CRS aurait aussi été touché.

Dans un bilan dressé à 17h, elle fait état de 15.306 contrôles préventifs et de 288 interpellations.

 

17h38 : Le boulevard Saint-Marcel sous les lacrymos

 

17h20: Slogan, quand tu nous tiens ! Les manifestants en verve

Il y a les classiques, et puis ceux un peu plus recherchés. Aude Lorriaux, cheffe du service actu de 20 Minutes, a déniché quelques slogans

 

17h14 : La police se défend d’avoir chargé la CGT

Accusée par le leader syndical Philippe Martinez d’avoir « chargé la CGT », la préfecture de police de Paris s’en défend et indique que « la CGT n'a jamais été la cible des policiers et gendarmes qui ont assuré leur mission avec détermination face à des casseurs violents ».

 

17h08 : Des « black blocs » se réfugient dans un restaurant

Place d’Italie, une trentaine de « black blocs » se serait réfugiée dans un restaurant, avant d’être délogés par la police

 

17h03 : Les manifestants refluent de la place d’Italie

A Paris, les manifestants redescendent le boulevard de l’Hôpital après avoir été repoussés de la place d’Italie ou des heurts ont lieu

 

17h : Pour le porte-parole de Solidaires, les syndicats ont été harcelés par les forces de l’ordre

« On n’a pas arrêté d’être harcelés par les forces de l’ordre. J’ai dû répondre à une interview avec un masque à cause des gaz lacrymogènes », a indiqué à l’AFP Eric Beynel. Le porte-parole de Solidaires, le gouvernement a « essayé de voler » le 1er mai aux organisations syndicales par son dispositif sécuritaire.

16h48 : 40.000 manifestants à Paris selon un comptage indépendant

Le ministère de l'Intérieur annonçait à 16 h qu'il y avait 151.000 manifestants, dont 16.000 à Paris. Selon le cabinet de comptage indépendant Occurence, mandaté par une vingtaine de médias, ils étaient au moins le double dans la Capitale. Installés au niveau du boulevard Raspail, ils ont dénombré 40.000 personnes dans le cortège parisien. 

16h15 : Et un cygne !

Il se trouvait en tête de cortège. Un cygne appartenant aux manifestants a été capturé par les forces de l'ordre. 

 

16h41 : Heurts à Nantes en marge de la manif

Alors que la manifestation nantaise s’était déroulée dans le calme, réunissant près de 5.000 personnes, des heurts ont éclaté en marge du cortège selon une journaliste de l’AFP présente sur place.

 

16h32 : Fin de manifestation à Marseille, quatre interpellations

Selon notre journaliste marseillais Adrien Max, la manifestation du 1er-Mai touche à sa fin dans la cité phocéenne. Selon la police, quatre personnes ont été interpellées dans le département des Bouches-du-Rhône.

 

16h30 : Ambiance très tendue boulevard de l’Hôpital

Le boulevard de l’Hôpital, où se trouve une partie du cortège, se trouve pris dans les gaz lacrymogènes selon Aude Lorriaux, chef du service actu de 20 Minutes.

 

16h22 : 151.000 manifestants, dont 16.000 à Paris selon le ministère de l'Intérieur

Selon le ministère de l'Intérieur, 151.000 personnes ont défilé en France, parmi lesquelles 16.000 présents dans le cortège parisien.

16h17 : 148 personnes en garde à vue selon le parquet de Paris

Alors qu’à 15h, la préfecture de Paris annonçait qu’il y avait eu 200 interpellations dans la Capitale depuis le début de la manifestation, le parquet de Paris a indiqué que 148 d’entre elles avaient été placées en garde à vue.

16h12 : Le cortège bloqué près de la fac de médecine de la Pitié Salpêtrière

Selon Aude Lorriaux, cheffe du service actu de 20 Minutes, le cortège est bloqué au niveau de la fac de médecine de la Pitié Salpêtrière. 

 

16h05 : Des lacrymo et cocktails Molotov du côté du commissariat du 13e

Des tirs de lacrymogène ont eu lieu du côté du commissariat du 13e arrondissement. Selon un journaliste du Figaro sur place ils avaient pour but de disperser des « black blocs » qui s’en sont pris au commissariat du 13e arrondissement ainsi qu’à une agence d’assurances.

 

15h59 : Un chef d'orchestre «jaune» au balcon

Une vocation est peut-être née chez ce Parisien au passage de la manifestation des «gilets jaunes».

 

15h55 : Gaz lacrymogènes à Toulouse, près de François-Verdier

Après avoir été bloqués du côté de Saint-Cyprien, des manifestants sont présents du côté de François-Verdier à Toulouse. Des tirs de gaz lacrymogène ont eu lieu selon un journaliste de La Dépêche présente sur place.

 

15h48 : Le cortège arrive place d’Italie, retour de Philippe Martinez

Le cortège est arrivé du côté de la place d’Italie. La situation semble se tendre à nouveau alors que le leader de la CGT, Philippe Martinez, qui avait dû s’écarter du parcours de la manifestation en raison de gaz lacrymogène, a fait son retour dans le cortège. Il a dénoncé une «une répression inouïe», c'est à lire là.

 

15h44 : Disco mobile, version «gilets jaunes» dans le cortège parisien

 

15h40: «Un beau 1er-Mai» pour Pierre Laurent

Pierre Laurent, ancien secrétaire national du Parti communiste français, est dans la manifestation parisienne.

 

15h32 : Mobilisation en province aussi

Selon un bilan dressé par l’AFP auprès des forces de l’ordre, ils étaient 6.200 à Lyon, 2.400 à Montpellier, 1.500 à Lille, 2.100 à Besançon, 3.400 à Nantes, 1.600 à Strasbourg à manifester. A Bordeaux, bastion des « gilets jaunes » la marche du 1er-Mai dans une bonne ambiance. Près de 6.400 militants syndicaux et 1.300 « gilets jaunes » y ont battu le pavé, de même source.

15h25 : A Rennes, des clowns qui ne font pas rire tout le monde

Après avoir fait plusieurs fois le tour, les derniers manifestants tentent de détendre l’ambiance.

 

15h18 : Avancée du cortège dans le calme

Le cortège parisien a passé Denfert-Rochereau et se trouve à Port-Royal

 

15h13 : Maxime Nicolle demande aux CRS de se « calmer »

Connu pour ses échanges avec les CRS lors des manifestations des « gilets jaunes », Maxime Nicolle, alias Fly Rider, n’a pas manqué de les interpeller en leur demandant de « se calmer ». L’une des figures du mouvement du 17-Novembre a regretté plus tôt qu’on « empêche de manifester ».

 

15h10 : Philippe Martinez de la CGT, coincé entre «blacks blocs» et forces de l’ordre

Selon un militant CGT cité par l’AFP, le leader de la CGT a dû quitter le cortège après s’être retrouvé coincé dans des affrontements entre des «black blocs» et des forces de l’ordre. Lorsqu’il s’est replié vers une rue adjacente, il a essuyé des jets de bouteilles «par un groupe d’individus», selon ce témoin.

 

15h00 : 200 interpellations, 12.528 contrôles préventifs selon un dernier bilan

La préfecture de police de Paris vient de dresser un nouveau bilan concernant les interventions des forces de l’ordre dans la Capitale. A 14h45, 12.528 contrôles préventifs avaient été réalisés et 200 personnes interpellées.

 

14h59 : Coquerel et Bompard dans le cortège parisien de la France Insoumise

Le député de la Seine-Saint-Denis, Eric Coquerel, et Manuel Bompard, deuxième sur la liste de la France Insoumise aux Européennes, sont dans le cortège parisien.

 

14h55 : 55 interpellations à Montparnasse

La préfecture de police de Paris précise que sur les 165 interpellations comptabilisées jusqu’à présent, 55 l’ont été « suite aux tentatives d’exactions commises secteur Montparnasse ».

14h45 : Philippe Martinez annule son point presse, la FSU a quitté le cortège

Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez a été contraint de quitter le cortège après des heurts et des tirs de gaz lacrymogène. Il a dû annuler son point presse. 

La FSU aurait aussi quitté le cortège.

 

14h40 : A Paris le cortège démarre

Après des heurts boulevard du Montparnasse, la tête du cortège s'est élancé.

 

14 h 35 : Beaucoup de monde à Bordeaux, dans le calme

Plusieurs milliers de personnes ont défilé à Bordeaux, dans le calme.

 

14h30 : Des « gilets jaunes » tentent de s’introduire dans un commissariat à Besançon

En marge de la manifestation intersyndicale qui s’est déroulée dans le calme, 200 à 300 « gilets jaunes » ont tenté d’entrer par effraction dans un commissariat de Besançon a appris Franceinfo auprès du préfet du Doubs.

 

14h10 : Une tribune contre « les violences d’Etat » signée par des médias et journalistes

Plus de 300 médias et journalistes, parmi lesquels le reporter Gaspard Glanz, ont signé ce 1er-Mai une tribune sur le site de Franceinfo pour dénoncer les « multiples violences d’Etat ». L'article est à lire ici.

 

14h00 : 9.500 manifestants à Lyon, accrochages en fin de cortège

Entre 6.200 personnes selon la préfecture et 9.500 selon les syndicats ont manifesté à Lyon, "le double de l’année dernière". Des tensions ont eu lieu en fin de cortège.

 

13h47 : 165 interpellations à Paris selon un dernier bilan

Selon un nouveau bilan de la préfecture de police de Paris, les forces de l’ordre ont procédé à 9.016 contrôles préventifs et 165 personnes ont été interpellées.

 

13h43 : 5.500 manifestant dans la cité phocéenne

Selon la police, la manifestation marseillaise a rassemblé près de 5.500 personnes parmi lesquelles 1.200 « gilets jaunes ».

 

13h35 : La situation se tend à Montparnasse

Plusieurs charges de lacrymogènes ont eu lieu devant le Rotonde, boulevard Montparnasse où la situation s’est tendue ces dernières minutes. Les forces de l’ordre ont été la cible de jets de projectiles, notamment des pavés et des trottinettes.

 

13h27 : A Montpellier, la tête de cortège très disputée

A Montpellier, près de 3.000 personnes ont manifesté dans le calme ce mercredi matin selon notre journaliste sur place. Par contre, la question de la tête de cortège a rapidement cristallisé les tensions entre syndicalistes et « gilets jaunes ». Le reportage de Nicolas Bonzom à lire ici.

 

13h22 : A Toulouse, la manif intersyndicale est terminée, pas celle des « gilets jaunes »

A Toulouse, de 5.000 (police) à 20.000 (CGT) personnes ont manifesté dans le cortège de l’intersyndicale. Celui-ci s’est arrêté place Arnaud-Bernard, mais plusieurs manifestants, notamment des « gilets jaunes », ont poursuivi jusqu’à Saint-Cyprien.

 

13h12 : Bella Ciao, à Nice on revendique en dansant

A chacun sa façon de défendre les droits de travailleurs, à Nice ça se passe sous le soleil et en musique.

 

13h07 : Première charge des CRS à Montparnasse

Plus d’une heure avant le départ de la manifestation, les CRS ont procédé à une première charge du côté de Montparnasse, vraisemblablement pour disperser des « black blocs » présents sur place.

 

12h50 : 3.700 contrôles préventifs et 88 interpellations

Selon la préfecture de police de Paris, les forces de l’ordre ont déjà procédé, en amont de la manifestation, à 3.700 contrôles préventifs et 88 personnes ont été interpellées.

 

13h37 : Marée jaune à la gare Saint-Charles

Selon notre journaliste sur place, la mobilisation est importante à Marseille, avec de nombreux « gilets jaunes » mais aussi des membres du collectif du 5 Novembre, né après le drame de la rue d’Aubagne.

 

12h25 : Jean-Marie Le Pen dépose une gerbe de fleurs au pied de Jeanne d’Arc

Alors que sa fille est en Moselle, Jean-Marie Le Pen n’a pas failli à la tradition, il a déposé ce matin une gerbe de fleurs au pied de la statue de Jeanne d’Arc, place des Pyramides.

 

12h16 : Dans le calme, à Nantes

Plusieurs milliers de personnes défilent dans les rues de Nantes, « gilets jaunes » en tête.

 

11h58 : Mariannes et premières lacrymo à Lille

Alors que les Mariannes ont rejoint la manifestation, les premiers tirs de gaz lacrymogènes ont eu lieu à Lille pour écarter la manif dissidente qui a quitté le cortège selon notre journaliste sur place.

 

11h48: De la haute-couture jaune à Toulouse

Alors que la manifestation du 1er-Mai se poursuit dans le calme à Toulouse, sur les boulevards direction Arnaud-Bernard, la tenue d'une manifestante retient l'attention.

 

11h44 : Pour le climat, un cortège vert et jaune s’élance de la place d’Italie

Les défenseurs du Climat s’étaient donné rendez-vous place d’Italie pour un « cortège climatique social et démocratique ». Il vient de s’élancer direction Montparnasse.

 

11h35 : « Démocratie représentative, c’est un oxymore », dixit Francis Lalanne

Francis Lalanne, qui a annoncé mardi qu’il prenait la tête d’une liste nommée « Alliance jaune », était sur le plateau des Grandes gueules ce mercredi matin. Et les échanges ont été musclés.

 

11h29 : « Ce n’est plus possible d’arrêter de vivre le 15 du mois »

Dans le cortège marseillais, où il y a beaucoup de monde, Adrien Max notre journaliste a croisé François, un « gilet jaune »

 

11h20 : Un hommage à Brahim Bouarram

Le 1er-Mai 1995, Brahim Bouarram, un jeune Marocain, était assassiné, jeté dans la Seine par des militants d’extrême-droite qui participaient à un défilé du Front National. Une commémoration a été organisée ce matin, 24 ans après, au pont du Carrousel en présence notamment de la maire de Paris.

 

11h14 : A Lyon, les «gilets jaunes» prennent la tête du cortège

A Lyon, où une partie du centre-ville a été interdit à la manifestation, le cortège s'est élancé de la place Jean-Macé.

 

11h09 : « Les revendications des travailleurs n’ont jamais été aussi fortes »

Le secrétaire national du PCF, et député du Nord, Fabien Roussel est dans la manifestation lilloise, il a été interrogé par notre journaliste François Launay

 

11h03 : A Marseille, Mélenchon fustige le «mépris de classe»

« Le pire, c’est de voir à quel point il y a un mépris de classe, avant des mots jamais entendu jusqu’alors. La convergence populaire est plus importante que la convergence des partis », a souligné dans le cortège marseillais le leader de La France Insoumise, Jean Luc Mélenchon.

 

10h55: Le cortège toulousain s'élance

Bastion des «gilets jaunes», la manifestation du 1er-Mai est en cours à Toulouse

 

10h47 : « Ne pas brouiller le message » pour les leaders syndicaux

Que soit Laurent Berger de la CFTD ou Philippe Martinez de la CGT, les leaders syndicaux craignent que le message ne soit brouillé ce 1er-Mai en raison des violences.

"Attention de ne pas dénaturer le sens de cette journée", a indiqué Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, sur France Inter, alors que le patron de la CFDT a déjà condamné par avance les violences.

 

10h40 : Déjà beaucoup de monde à Montparnasse

Alors que le cortège commun ne doit s’élancer qu’à 14h30, plusieurs centaines de personnes, parmi lesquels de nombreux « gilets jaunes », sont déjà rassemblés à Montparnasse.

 

10h30 : "Ceux qui ne sont pas raisonnables sont ceux qui sont aux manettes", selon Adrien Quatennens (LFI)

Adrien Quattenens, le député La France Insoumise de la 1re circonscription du Nord, est présent à la manif lilloise.

 

10h21 : Ailleurs en France

Des cortèges sont annoncés un peu partout en France avec en général le même mot d’ordre : la convergence des luttes entre syndicats et « gilets jaunes »​. Ils seront suivis dès ce matin à Lille, Marseille et Rennes par nos journalistes sur place, les vaillants François Launay, Adrien Max et Jérôme Gicquel pour vous servir.

 

10h15 : Interdiction de manifester dans certains secteurs

Comme lors des derniers actes des « gilets jaunes », plusieurs arrêtés ont été pris pour interdire de manifester dans certaines zones. C’est le cas à Paris sur les places de la Concorde et de l’Etoile, aux Champs-Elysées, aux abords de l’Assemblée nationale et de Notre-Dame. Des interdictions valables aussi dans des bastions des « gilets jaunes », comme Toulouse et sa place du Capitole, à Bordeaux sur le cours de l’Intendance, la place de la Comédie et la rue des Esprits des Lois.

 

10h10 : Premières interpellations à Paris

« Nous avons plusieurs interpellations, en cours de décompte, dans le cadre de contrôles préalables à Paris et dans toutes les villes où la vigilance est de mise », a indiqué au micro de Franceinfo Michel Lavaud, le porte-parole de la police nationale.

Selon des informations de BFMTV, trois Espagnols ont été interpellés ce matin avec des bonbonnes de gaz, des bidons d’essence, des marteaux et tournevis.

 

10h Un cortège sous très haute surveillance

Sur les réseaux sociaux, des activistes radicaux ont appelé à faire à nouveau de Paris une « capitale de l’émeute ». En cas de violences, Emmanuel Macron a demandé mardi une réponse « extrêmement ferme ». Pour les contenir, le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a indiqué que 7.400 membres des forces de l’ordre seront présents dans la Capitale, soit quatre fois plus que l’an dernier. Ce sera un véritable test pour le nouveau dispositif de maintien de l’ordre du nouveau préfet de police, Didier Lallement, plus offensif et mobile.

 

09h50 : Bonjour, bienvenue sur ce live de la manifestation du 1er-Mai

Comme chaque 1er-Mai, les syndicats ont appelé à se mobiliser partout en France pour défendre les droits des travailleurs et travailleuses. Mais ce mercredi, ils ne seront pas les seuls à être présents dans les rues de Paris et d’ailleurs. Le mouvement des « gilets jaunes » s’est invité cette année dans les cortèges. Après l’acte 24, où la mobilisation était en baisse, ils espèrent redonner une impulsion au mouvement né le 17 novembre.

Les syndicats veulent quant à eux profiter de cette journée pour revenir au premier plan et se faire entendre. Mais la présence annoncée de 1.000 à 2.000 « black blocs » au sein du cortège fait craindre aux autorités des débordements et violences.

20 Minutes est fidèle au poste pour vous faire vivre les évènements en direct.