Européennes: «J'ai été accueillie comme une romanichelle»... Nathalie Loiseau revient sur son arrivée à l'ENA

FAUX PAS Dimanche, elle avait déjà déclaré être « soulagée » de la possible suppression de l’école

L.Br.

— 

La tête de liste de la République En Marche Nathalie Loiseau lors d'un meeting au Medef, le 25 avril 2019.
La tête de liste de la République En Marche Nathalie Loiseau lors d'un meeting au Medef, le 25 avril 2019. — AFP

Nathalie Loiseau, qui a passé cinq ans à la tête de l’Ecole nationale d’administration était l’invitée de la matinale de France culture ce lundi. Interrogée sur son passage à la direction l’ENA, école qu’Emmanuel Macron souhaite réformer, la tête de liste LREM aux européennes s’est exprimée sur son accueil au sein de cette école qui forme les hauts fonctionnaires de la République.

« J’ai en effet été directrice de l’Ena sans être ancienne élève de l’ENA. (…) Je sais à quoi je me suis heurtée : énormément de conservatisme de la haute l’administration, celle que j’avais en face de moi. Disons les choses, je n’ai pas été accueillie avec des fleurs en n’étant pas ancienne élève, femme et moins de 50 ans. J’avais l’impression d’être une romanichelle quand je suis arrivée à la tête de l’ENA », a-t-elle déclaré face à Guillaume Erner et Frédéric Says. Des propos qui ont suscité l’indignation de certains auditeurs sur les réseaux sociaux.

Un sentiment de soulagement

« Ce n’est pas très grave, ça ne m’a pas empêchée d’avancer », a-t-elle poursuivi. Nathalie Loiseau semble avoir peu goûté son expérience à l’ENA. Dimanche, elle se disait « soulagée » de la suppression de l’institution annoncée par Emmanuel Macron. Nathalie Loiseau, 54 ans, est une diplomate de carrière qui a dirigé l’ENA de 2012 jusqu'à son entrée au gouvernement en juin 2017. Elle avait annoncé en direct à la télévision, à la fin d’un débat tendu avec Marine Le Pen le 14 mars, sa candidature pour mener la liste LREM aux européennes.

Née le 1er juin 1964 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), Nathalie Loiseau est diplômée de Sciences Po Paris et de l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco) en chinois. Elle a ensuite fait toute sa carrière aux Affaires étrangères.