Des militantes féministes violemment expulsées d'une soirée débat de «Valeurs actuelles»

SEXISME Deux membres du collectif La Barbe ont été blessées alors qu’elles voulaient dénoncer l’absence de femmes sur la scène de cette soirée débat pour les européennes

Rachel Garrat-Valcarcel

— 

Une militante de La Barbe est notamment ressortie le nez en sang de la salle.
Une militante de La Barbe est notamment ressortie le nez en sang de la salle. — LIONEL BONAVENTURE / AFP

Les services d’ordre de l’extrême droite française, ont, disons le pudiquement, le bourre-pif facile. Nouvel exemple, jeudi soir, au Cirque d’hiver, lors d’une manifestation  féministe à une soirée débat organisée par Valeurs actuelles.

A l’occasion des élections européennes, l’hebdomadaire ultra-conservateur a invité sept personnes pour débattre. Sept personnes, sept hommes. Un peu trop, pour le collectif féministe La Barbe, qui, depuis onze ans, réalise des happenings politiques et humoristiques lors d’évènements qui excluent (ou presque) les femmes de leur scène.

Remerciements ironiques

Jeudi soir, 25 femmes du collectif, qui avaient dûment payé leurs places, avaient enfilé leur barbe pour faire irruption sur la scène de la grande salle parisienne. Elles devaient, comme depuis 214 interventions, lire un discours de remerciement ironique à ces hommes qui ne font jamais de place aux femmes.

Mais à peine la première militante, avait-elle mis un pied sur la scène qu’elle a été violemment attrapée par plusieurs membres du service d’ordre de la soirée. Le rédacteur en chef de Valeurs actuelles a même mis la main à la pâte.

Lunettes perdues

Les différentes vidéos publiées hier soir montrent bien la violence du moment, alors que le collectif La Barbe est connu pour ses actions pacifiques bien qu’ironiques. A la sortie, le collectif a dénombré deux blessées, donc une le nez en sang. Sur scène à ce moment-là : Eric Zemmour, goguenard, et Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie, qui n’a pas dit un mot. La salle était au diapason : elle a hué l’entrée des militantes et a applaudie leur expulsion.

Vendredi matin, après une soirée difficile, Alice Coffin, journaliste et militante féministe lesbienne, a répondu avec humour, une nouvelle fois, sur Twitter, à l’attitude du service d’ordre de la soirée de Valeurs actuelles.