«Gilets jaunes»: De nouvelles révélations sur les soupçons de fichage des blessés par l’AP-HP

SECRET MEDICAL « Le Canard enchaîné » révèle que non seulement un fichier avec des noms existe, mais qu’il recueille bien des détails médicaux, contrairement à ce que disait jusque-là l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris

R.G.-V.

— 

De nombreux
De nombreux — Alfred Photo/SIPA

Les hôpitaux parisiens ont-ils fiché des « gilets jaunes » venus se faire soigner après des manifestations mouvementées de ces derniers mois ? Malgré les dénégations de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), la semaine dernière, de nouvelles révélations mettent l’institution sanitaire à nouveau en porte à faux. Ce mercredi, Le Canard enchaîné publie des documents qui prouveraient que les blessures de « gilets jaunes » ont bien été consignées.

La direction des hôpitaux publics de Paris a reconnu mercredi qu’un fichier nominatif, recensant les blessés pris en charge lors de grands événements, notamment les manifestations de « gilets jaunes », avait parfois inclus « de manière inappropriée » des précisions de nature médicale, une pratique qu’elle entend « corriger ».

Plusieurs démentis… infirmés

Le 20 avril, déjà, l’AP-HP avait fini par reconnaître qu’un tel fichier existait bien avec nom, date de naissance et adresse. Martin Hirsch, son directeur, avait pourtant bien dit dans un premier temps n’y avait « rien de nominatif » dans ce fichier. Pour se défendre, l’AP-HP avait alors précisé que rien de médical n’était répertorié.

Mercredi, le Canard publie pourtant bien des extraits « truffés d’infos médicales ». « Flash ball cuisse, tir flash ball plaie arcade, traumatisme main gauche »… Le secret médical s’en trouve un peu éventé, d’autant plus que le fichier est à destination administrative et pas médicale. L’AP-HP n’a pas réagi à ces nouvelles révélations.