Saint-Nazaire: Les «gilets jaunes» ont quitté leur Maison du peuple et cherchent un nouveau lieu

MOBILISATION Après une occupation de cinq mois, les «gilets jaunes» de Saint-Nazaire ont quitté les lieux, mardi

J.U.

— 

La Maison du peuple des
La Maison du peuple des — LOIC VENANCE / AFP

Ils ont respecté le « deal ». Les « gilets jaunes » de Saint-Nazaire, qui occupaient illégalement depuis novembre une « Maison du peuple » où s’étaient notamment réunis début avril plus de 700 sympathisants du mouvement, ont quitté les lieux mardi. Une cinquantaine de « gilets jaunes » y passaient chaque jour, notamment pour assister à des assemblées générales, tandis qu’une vingtaine y séjournaient.

Fin février, un protocole d'accord avait été trouvé entre le groupe Pichet, promoteur immobilier et propriétaire du bâtiment, et les « gilets jaunes » pour qu’ils partent de leur QG le 23 avril. Ces locaux, qui ont notamment abrité les services de Pôle Emploi, doivent être démolis, avant la construction de logements.

Un autre bâtiment recherché

« Nous cherchons un terrain ou un bâtiment qui pourrait être prêté ou loué à prix raisonnable où nous pourrons nous rassembler et faire naître des projets, ont réagi les manifestants. La Maison du Peuple de Saint Nazaire compte plus que jamais s’installer durablement dans le paysage militant, social et culturel local et pour cela il lui faut un toit. » Les «gilets jaunes» ont déjà prévenu qu’ils n’hésiteront pas à investir d’autres lieux vides, si jamais ils ne trouvaient pas une solution « en toute légalité ».