Notre-Dame: La France veut un mécanisme européen pour le patrimoine en péril

INCENDIE NOTRE-DAME DE PARIS Le président Macron a promis de reconstruire d’ici cinq ans la cathédrale Notre-Dame de Paris, joyau de l’art gothique, ravagée par un incendie lundi soir

N.Sa avec AFP

— 

La structure de Notre-Dame de paris a été sauvée par les pompiers.
La structure de Notre-Dame de paris a été sauvée par les pompiers. — ISA HARSIN/SIPA

Le président français Emmanuel Macron va proposer à l’UE de créer « un mécanisme de coopération pour le patrimoine européen en péril », qui sera discuté lors d’une réunion à Paris le 3 mai prochain, a-t-on indiqué de source gouvernementale.

« Comme le patrimoine n’est pas une compétence européenne, le président a pris l’initiative d’écrire à ses homologues pour leur proposer de créer un mécanisme de coopération pour le patrimoine européen en péril, visant à se prêter assistance, à partager des compétences et des savoir-faire », a déclaré la secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, Amélie de Montchalin, dans un entretien au Journal du Dimanche.

« Un réseau d’experts mis à disposition »

« Quand il y a un grand incendie en Europe, un mécanisme de solidarité peut permettre de prêter des canadairs entre pays de l’Union. Pour le patrimoine, on peut imaginer un réseau d’experts mis à disposition en fonction des besoins », a ajouté Amélie de Montchalin.

« Nous invitons nos homologues européens, ministres de la Culture et des Affaires européennes, à se réunir en France le 3 mai prochain. En complément de nos compétences et nos moyens, si l’on peut également bénéficier du soutien et des retours d’expérience de nos voisins pour reconstruire Notre-Dame, nous saisirons cette occasion », a poursuivi le ministre de la Culture Franck Riester.

Des « démarches innovantes et participatives »

« Face à ce choc émotionnel et à cet élan de générosité, que nous avons ressenti, nous devons, ensemble, améliorer nos politiques patrimoniales dans nos pays, et à terme au niveau européen », a-t-il plaidé.

Les ministres européens seront invités le 3 mai à présenter des « démarches innovantes et participatives » et « un ou deux lieux emblématiques de leur pays, représentatif du rayonnement européen, et qui est en danger », a précisé la secrétaire d’Etat.
Les deux ministres ont d’autre part souhaité que de « jeunes européens puissent participer » au chantier de restauration de Notre-Dame.