VIDEO. Sondage #MoiJeune OpinionWay: L’environnement, priorité de l’Europe pour 58% des 18-30 ans

EXCLUSIF Quelle doit être la mission de l’Europe ces cinq prochaines années, selon les jeunes ? Réponse avec une enquête exclusive OpinionWay pour « 20 Minutes » auprès de sa communauté #MoiJeune

Marion Pignot

— 

Lorsque «20 minutes» leur a demandé quelle devrait être la mission prioritaire de l’Europe d’ici les cinq prochaines années, 58 % de nos 18-30 ans ont répondu l’environnement.
Lorsque «20 minutes» leur a demandé quelle devrait être la mission prioritaire de l’Europe d’ici les cinq prochaines années, 58 % de nos 18-30 ans ont répondu l’environnement. — CELINE BREGAND/SIPA
  • Selon une enquête exclusive OpinionWay pour 20 Minutes auprès de sa communauté #MoiJeune*, 58 % des 18-30 ans estiment que la protection de l’environnement doit être la mission prioritaire de l’Europe.
  • L’écologie apparaît aux yeux de nos jeunes comme le levier idéal pour « reconstruire l’Europe ». La pensée verte permettra, selon eux, « de redonner du sens au projet européen ».
  • 75 % déclarent également avoir une perception « positive » de la construction européenne, soit 7 points de moins que dans notre précédente étude réalisée en mars 2017. Quant à la « libre circulation des personnes », elle arrive avec 58 % en tête du classement des principales réussites de la construction européenne. Le « poids des lobbys » (46 %) apparaît comme le principal échec.

Quelle feuille de route pour l’Union européenne ? A l’heure du Brexit, les jeunes Français préfèrent parler écologie, paix et mobilité lorsqu’on les questionne sur l’Europe. Qu’importe si les Britanniques partent, les 18-30 ans espèrent, eux, pouvoir continuer à bouger et à évoluer dans une Europe soucieuse de ses forêts et de ses degrés.

C’est ce que révèlent, en autres, les résultats d’une  étude OpinionWay exclusive réalisée auprès de notre communauté #MoiJeune* à un mois des élections européennes du 26 mai. 20 Minutes revient sur cette enquête en analysant ses chiffres forts avec Pierre Latrille et Eléonore Quarré, de l’institut de sondage OpinionWay.

L’environnement, top priorité de l’Europe pour les cinq ans à venir

Il arrive loin devant. Lorsque 20 minutes leur a demandé quelle devrait être la mission prioritaire de l’Europe d’ici les cinq prochaines années, 58 % de nos 18-30 ans ont répondu l’environnement. L’effet Greta Thunberg, l’ado suédoise à la tête de la mobilisation des jeunes européens pour le climat ? « Elle est plus jeune que les membres de notre communauté #MoiJeune mais nos étudiants et nos lycéens sont sa cible. Ce n’est donc pas étonnant de voir que les 18-22 ans (62 %) ont davantage mis l’environnement en tête des missions de l’UE, répond Pierre Latrille. D’autant que la question de l’écologie est au cœur de l’actualité et qu’elle n’est pas perçue comme un enjeu national mais international. »

Si la préoccupation semble correspondre à l’air du temps, la réponse s’ancre aussi dans une prise de conscience profonde des enjeux climatiques. L’écologie apparaît aux yeux de nos jeunes comme le levier idéal pour « reconstruire l’Europe ». C’est la pensée verte qui permettra, selon eux, « de redonner du sens au projet européen ». « L’environnement est un sujet que les organisations internationales n’arrivent pas à gérer et qui a un impact trop faible à niveau national. Il faut donc un palier intermédiaire, l’UE est ce palier intermédiaire », assure l’un des sondés. Selon nos répondants, l’Union européenne serait ainsi le « bon niveau » pour enfin « imposer un cadre strict » aux pays membres, pour les obliger à porter l’engagement d’une lutte contre les degrés en trop. « C’est typiquement un chantier qui peut être porteur pour l’UE », explique l’un de nos sondés, avant d’ajouter : « c’est une urgence absolue et un projet qui pourrait être moteur de la construction européenne. »

« En 2018, nous avions demandé aux jeunes ce qui leur avait dernièrement redonné confiance, ils avaient répondu "la signature de la COP21", loin devant "la victoire de l’équipe de France" ou la "chute de l’organisation de l’Etat islamique", développe Pierre Latrille. L’environnement est un enjeu crucial pour les jeunes. » « Avoir une bonne santé ou une bonne politique d’éducation est impossible sans avoir d’abord fait des progrès au niveau environnemental », renchérit la jeunesse, qui plébiscite une Europe capable de « forcer tous les gouvernements à faire attention à notre planète ».

Et nos sondés de conclure : « ça ne sert à rien d’avancer dans d’autres domaines si personne ne pourra être là pour en profiter ». De fait, la « défense de la démocratie et de la liberté » et la « prospérité économique » arrivent loin derrière l’environnement au classement des missions prioritaires de l’Europe (11 %). « L’éducation », « l’innovation scientifique » ou encore « la santé » recueillent, ensemble, moins de 10 % des voix.

Les 18-30 ans attachés à l’Europe mais inquiets pour son avenir

« Nous avons besoin d’une Europe plus égalitaire, d’en finir avec cette instance à plusieurs vitesses, souligne Silvia, trentenaire avocate à Lisbonne. L’Europe est une bonne chose mais avec le Brexit ou les changements de politiques migratoires et sociales en Hongrie ou en Pologne, le futur de l’Union me semble très incertain. » Comme Silvia, les jeunes Français interrogés ont à une très large majorité (75 %) une perception « positive » de la construction européenne. Si le chiffre reste important, il est néanmoins en baisse de sept points par rapport à mars 2017.

Réalisée à l’occasion de l’anniversaire de la naissance symbolique de l’UE, [signature du traité de Rome], notre précédente enquête MoiJeune avait en effet révélé que 82 % des 18-30 avaient une vision « positive » de l’UE. A cette époque, 70 % des répondants s’étaient également déclarés « inquiets » pour l’avenir de l’Europe, deux ans plus tard ils ne sont « plus » que 61 %. « Il existe un attachement fort de la jeunesse à l’UE, explique Pierre Latrille. Reste qu’aujourd’hui, peu de temps avant les élections européennes, le contexte est un peu plus tendu. Cette baisse de sept points s’explique notamment par l’incertitude autour du Brexit et, donc, autour de l’avenir de l’UE. »

L’Europe des voyages et de la paix face à celle des inégalités

Pierre Latrille l'assure : « Les échanges commerciaux ne font pas partie du quotidien des jeunes Européens, mais les voyages, les échanges culturels, si. » Pas étonnant donc que la « libre circulation des personnes » arrive, avec 58 %, en tête du classement des principales réussites de la construction européenne. Et ce, loin devant la « paix » (34 %), la « monnaie unique » (22 %) ou les « échanges commerciaux » (18 %). Quant à la liste des échecs, elle débute avec le « poids des lobbies » (46 %) et se poursuit avec « l’absence de position commune sur la scène internationale » (35 %), la « croissance inégale selon les pays » (30 %), la « bureaucratie » (16 %), le « manque de rapprochement entre les peuples » (15 %), le « déficit démocratique » (15 %) ou « le manque de sécurité » (6 %).

Autant d’échecs qui, selon les répondants, font de l’Europe une instance sans « véritable force identitaire et politique » et menacée par la « montée du populisme » alors que « nous sommes en train de perdre tout ce pour quoi nos ancêtres se sont battus ». « Face à la montée des extrêmes, aux mouvements sociaux (Nuit debout, « gilets jaunes», l'affaire du siècle, etc.), un besoin de dialogue et de démocratie se fait sentir », explique un sondé, quand un autre se demande si « l’éducation des peuples ne pourrait pas empêcher le racisme et la montée du nationalisme ».

En 2017 déjà, les membres de la communauté #MoiJeune alertaient sur le « poids des lobbies ». « C’est un argument martelé par les eurosceptiques, ce n’est donc pas étonnant que nos jeunes le ressortent souvent, analyse Pierre Latrille. Le sujet est populiste mais, chez nos sondés, il reflète surtout un sentiment d’incompréhension de certaines politiques européennes, telles que l’utilisation du glyphosate par exemple. On en revient à l’écologie… » Et si nos 18-30 ans restent critiques vis-à-vis de l'Europe, l'idée d'un « Frexit » n'est pas dans les cartons. Seuls 15 % des jeunes sondés assurent, en effet, vouloir sortir de l’Union.

Si vous avez entre 18 et 30 ans, vous pouvez participer au projet « #MOIJEUNE », une série d’enquêtes lancée par 20 Minutes et construite avec et pour les jeunes. Toutes les infos pour vous inscrire en ligne ici.

 

Etude #MoiJeune OpinionWay – « 20 Minutes », réalisée en ligne du 8 au 11 avril auprès d’un échantillon représentatif de 599 jeunes âgés de 18 à 30 ans (méthode des quotas).