Drogues: Près d'un Français sur deux a déjà fumé du cannabis

CONSOMMATION Dans son rapport, l’Observatoire français des drogues et toxicomanies alerte également sur la consommation de cocaïne, qui a atteint des records ces dernières années

Manon Aublanc

— 

Illustration.  Cigarette roulee de cannabis dans un hall d immeuble de Nantes Nord. NANTES, le 05/09/2012
Illustration. Cigarette roulee de cannabis dans un hall d immeuble de Nantes Nord. NANTES, le 05/09/2012 — FABRICE ELSNER/20 MINUTES

« Parmi les drogues illicites, le cannabis demeure la première substance consommée », révèle un rapport de l’Observatoire français des drogues et toxicomanies, publié ce jeudi, qui précise que près d’un Français sur deux a déjà fumé du cannabis.

Selon l’Observatoire français des drogues et toxicomanies, qui réalise, tous les cinq ans, un état des lieux de la consommation des substances licites et illicites, 45 % des Français ont déjà fumé du cannabis et 11 % d’entre eux en ont déjà consommé dans l’année. L’observatoire constate également un net vieillissement des consommateurs d’herbe et de résine.

La consommation d’alcool et de tabac en baisse

Parmi les produits licites et illicites, le tabac et l’alcool restent les substances les plus consommées par les Français. Cependant, la consommation de tabac est nettement supérieure à celle de l’alcool, précise l’organisme : « Les adultes qui fument tous les jours (27 %) sont presque trois fois plus nombreux que les buveurs quotidiens (10 %) ».

Qu’on se rassure, selon l’observation, la consommation de tabac et d’alcool est en baisse depuis plusieurs années. Le paquet neutre et les hausses de prix du tabac seraient, en grande partie, à l’origine de cette baisse, affirme l’étude.

Le boum de la cocaïne

En revanche, l’Observatoire français des drogues et toxicomanies alerte sur la consommation de cocaïne, qui a atteint des records ces dernières années. Selon les données de l’organisme, plus de 1,5 % des Français en ont déjà consommé cette année. Un chiffre qui s’explique notamment par « une disponibilité accrue de ces produits et l’image positive dont ils bénéficient », précise l’étude.

L’observatoire s’alarme également de la diversification des drogues de synthèse. Entre 2008 et 2017, 68 substances différentes ont été recensées en France. La MDMA, l’ecstasy ou encore l’héroïne sont de plus en plus présentes sur le marché. Commande sur Internet, par SMS, sur les réseaux sociaux, et livraison par voie postale ou à domicile… Pour les consommateurs de drogues illicites, l’accès est de plus en plus simple.