Incendie à Notre-Dame de Paris: Ingrid Levavasseur appelle à «revenir à la réalité»

ALARME Cette figure des « gilets jaunes » rappelle que la crise sociale est toujours là

20 Minutes avec AFP

— 

Ingrid Levavasseur, figure des
Ingrid Levavasseur, figure des — ISA HARSIN/SIPA

Ingrid Levavasseur a appelé mercredi à « revenir à la réalité » après l’incendie de Notre-Dame, fustigeant à la fois des grands groupes inertes face à la « misère sociale » mais mobilisés pour la cathédrale, et l'« insuffisance » des mesures envisagées par Emmanuel Macron à l’issue du grand débat. Ingrid Levavasseur, initiatrice d’une liste « gilets jaunes » pour les élections européennes avant de finalement renoncer, a dit « compatir énormément à cette douleur » provoquée par l’incendie.

Sur BFMTV, elle a évoqué « une colère naissante qui monte sur les réseaux sociaux » à ce sujet, et dénonçant « l’inertie des grands groupes face à la misère sociale alors qu’ils prouvent leur capacité à mobiliser en une seule nuit "un pognon de dingue" pour Notre-Dame ». Elle a parallèlement appelé Emmanuel Macron à « approfondir les choses », après la divulgation par la presse des mesures que le chef de l’Etat devait annoncer lundi soir à l’issue du grand débat national, avant que son allocution ne soit annulée en raison de l’incendie.

De nombreux doutes sur les annonces

« Qu’on nous explique comment ils vont pouvoir mettre en place ces réformes. Sont-elles réelles ? Est-ce que la suppression de l’ENA va nous apporter quelque chose au niveau du pouvoir d’achat ? », a-t-elle demandé, estimant que « pour énormément de Français rien ne va changer ».

Sur la pérennisation de la prime de fin d’année défiscalisée, « est-ce que beaucoup en ont bénéficié ? ». Sur les fermetures d’écoles et d’hôpitaux gelées jusqu’à la fin du quinquennat, « est-ce qu’on parle de la remise en place des 35 maternités qui ont dû fermer ou vont fermer ? Est-ce qu’on parle de fermetures de services, (…) de fermetures de classes ou des écoles ? »

Au moins 800 millions d’euros de dons

Selon le projet d’allocution que devait prononcer le chef de l’État lundi soir et dont l’AFP a obtenu copie, baisses d’impôts pour les classes moyennes, réindexation des petites retraites, référendums locaux et suppression de l’ENA figurent parmi les principales réponses d’Emmanuel Macron à la crise des « gilets jaunes ».

Dans une intervention télévisée mardi soir, il a souhaité que Notre-Dame de Paris soit reconstruite d’ici à cinq ans. Face à ce chantier qui s’annonce colossal, les contributions affluent déjà, d’Apple à la Banque centrale européenne en passant par les familles Pinault et Arnault (LVMH) ou des milliers d’anonymes, atteignant au moins 800 millions d’euros mardi soir.