VIDEO. Incendie à Notre-Dame de Paris: A Nantes, la reconstruction de la basilique Saint-Donatien prendra au moins six ans

BASILIQUE En juin 2015, la basilique Saint-Donatien à Nantes avait été en partie détruite par un incendie accidentel

Julie Urbach

— 

A l'intérieur de la basilique Saint-Donatien, sous la voûte fragilisée.
A l'intérieur de la basilique Saint-Donatien, sous la voûte fragilisée. — F.Brenon/20Minutes.fr
  • A Nantes, en 2015, les flammes ont en partie ravagé la basilique Saint-Donatien.
  • Depuis les opérations de sécurisation et de restauration se succèdent.
  • Un délicat chantier, dont la fin est prévue en 2021, qui devrait donc durer au moins six ans.

Le chantier, « considérable », était présenté jusqu’ici comme « probablement unique en France de par son ampleur ». Depuis quatre ans, d'importants travaux sont menés à la basilique Saint-Donatien de Nantes. Alors que de nombreuses questions autour de la reconstruction de Notre-Dame se posent déjà, au lendemain du violent incendie qui l’a touchée, les longues opérations de réparation se poursuivent dans l’édifice nantais. Lui aussi avait été ravagé par les flammes, le 15 juin 2015, alors que des travaux de rénovation se déroulaient sur son toit.

Pendant plus d’un an et demi (et après plusieurs mois d’études), il a d’abord fallu sécuriser cette basilique du XIXe siècle, dont les trois quarts de la toiture sont partis en fumée. « La voûte est extrêmement fragilisée et présente un risque d’effondrement réel en raison du poids des ardoises tombées, des eaux d’extinction et des morceaux de charpente qui l’ont perforée par endroits », expliquait la mairie, propriétaire du bâtiment. Un immense parapluie a donc été posé pour empêcher le ruissellement de la pluie, et un périmètre de sécurité a été mis en place.

En même temps, des dizaines d’ouvriers se sont attelés à l’évacuation des gravats (bois calciné et ardoises menaçant de tomber) puis très vite à la reprise des voûtes. Des dizaines de milliers de blocs de pierre ont été taillés, avec les techniques de l’époque. Une opération minutieuse décrite alors comme « rarissime ».

La restauration commence tout juste

Ce n’est qu’il y a quelques mois que les travaux de restauration à proprement parler ont commencé. Entre-temps, un champignon (la mérule) qui s’attaquait aux boiseries, a été éradiqué. Et jusqu’à 2021, date espérée (mais déjà repoussée) pour la fin de ce spectaculaire chantier, se croisent vitraillistes, charpentiers, tailleurs de pierre, couvreurs, menuisiers ou encore électriciens… Il y a quelques jours, des travaux de peinture de la chapelle ont commencé, derrière ces centaines d’échafaudages et « tours d’étaiement » qui obstruent la nef. « L’intervention des pompiers a provoqué des coulures, en raison de l’humidité, expliquait le mois dernier Agnès Roze, restauratrice. La phase de nettoyage, délicatement et au pinceau, est terminée. Il faudra ensuite reprendre les couleurs et les dorures à la feuille d’or. »

A l'intérieur de la basilique Saint-Donatien à Nantes
A l'intérieur de la basilique Saint-Donatien à Nantes - J. Urbach/ 20 Minutes

Financé par les assurances et la mairie

Les paroissiens et plus largement les Nantais, très touchés par cet épisode, devront donc patienter encore au moins deux ans pour pouvoir de nouveau visiter la basilique. D’ici là, le mobilier (et notamment le grand orgue) devra être remis en état. Et alors que la solidarité s’exprime déjà pour la restauration de Notre-Dame, dont le montant n’est évidemment pas encore connu, la facture à Nantes ne cesse de s’alourdir, atteignant pour le moment 13 millions d’euros. La majeure partie est prise en charge par les assurances mais le reste sera financé par la ville, qui a profité de cette très longue fermeture au public pour y mener des travaux d’entretien.