VIDEO. Incendie à Notre-Dame de Paris: «Le péril du feu est écarté», des «questions sur comment la structure va résister»

PARIS Une réunion est prévue dans la matinée avec des experts et des architectes du bâtiment pour déterminer si la structure est assez stable pour que les pompiers interviennent

20 Minutes avec AFP

— 

Des pompiers devant la façade de Notre-Dame dans la nuit du 15 au 16 avril 2019, alors que l'incendie qui a ravagé la cathédrale est sous «maîtrisé».
Des pompiers devant la façade de Notre-Dame dans la nuit du 15 au 16 avril 2019, alors que l'incendie qui a ravagé la cathédrale est sous «maîtrisé». — Lewis JOLY/SIPA

Après une dizaine d’heures d’intervention, le « péril du feu » était « écarté », ce mardi matin, à la cathédrale Notre-Dame de Paris, en proie à un gigantesque incendie depuis lundi soir, a affirmé Laurent Nuñez, le secrétaire d’Etat à l’Intérieur, ajoutant que la question était désormais de savoir « comment la structure allait résister ».

« Le péril du feu étant écarté, le sujet est bâtimentaire : savoir comment la structure va résister au très grave incendie de cette nuit », a déclaré Laurent Nuñez, lors d’une conférence de presse peu avant 7 heures, ce mardi matin.

Une centaine de pompiers déployés « et huit lances encore en activité »

« Il y aura donc à 8 heures une réunion avec des experts, des architectes du bâtiment de France pour essayer de déterminer si la structure est stable, et si les sapeurs-pompiers peuvent s’engager à l’intérieur pour continuer leur mission », a-t-il ajouté. « Le feu n’est pas totalement éteint, il y a un long refroidissement encore en cours, avec encore quelques foyers doux », a encore dit Laurent Nuñez.

« Le sujet de la nuit c’était d’éviter que le feu ne reparte », a précisé le secrétaire d’Etat. Il y a « effectivement eu de nouveaux départs de feux dans les tours », a-t-il ajouté qu’une centaine de pompiers étaient encore déployés sur place « et huit lances encore en activité ».

S’assurer que les structures sont stables pour l’intervention des pompiers

« Un incendie de cette ampleur a un impact sur les structures, il faut pouvoir s’assurer qu’elles sont toujours stables, pour permettre à nos hommes de pouvoir de nouveau pénétrer à l’intérieur. Ils l’ont fait cette nuit, avec beaucoup de courage, dans les tours pour pouvoir attaquer le sinistre de l’intérieur pour éviter justement qu’elle ne s’effondre », a-t-il expliqué.

« Sans cette action au péril de leur vie, sans doute se serait-elle effondrée », a salué Laurent Nuñez. Quelque 400 pompiers ont lutté une bonne partie de la nuit contre les flammes, l’un d’entre eux a été légèrement blessé.