Roubaix: Symbole de la résistance face aux promoteurs, Salah est mort

SOCIETE Il avait refusé de vendre son café aux aménageurs de la Zone de l’Union

Mikael Libert

— 

Salah Oudjane, en 2011, devant son bistrot.
Salah Oudjane, en 2011, devant son bistrot. — M.Libert / 20 Minutes

Il a tenu bon jusqu’au bout. Salah Oudjane est mort dans la nuit de dimanche à lundi à Wasquehal a annoncé l'association Mémoires plurielles dans un post publié sur sa page Facebook, repéré par nos confrères de la Voix du Nord. Le patron du bistrot « Chez Salah » était devenu une sorte de symbole de la résistance lorsqu’il avait refusé de vendre son établissement aux promoteurs chargés de la refonte de la zone de l'Union, à Roubaix.

« Ce café, c’est ma vie »

Lorsque 20 Minutes était allé voir Salah, fin septembre 2011, il nous avait déclaré : « Ce café, c’est ma vie, pas question de vendre ! ». A l’époque, cet homme de 71 ans se sentait bien seul dans son bistrot planté au milieu d’une immense friche. Et quand l’Etablissement Public Foncier du Nord-Pas-de-Calais était venu le trouver pour racheter son bien en vue de le détruire, il avait simplement répondu « je mourrai ici ».

Parfois privé de téléphone ou de gaz, longtemps dépourvu d’un accès praticable, le patron de café n’avait pas lâché l’affaire. Une résistance qui lui aura valu une renommée bien au-delà des frontières de la région et même du pays. Son histoire a ému beaucoup de personnes et les médias lui ont consacré de nombreux articles et reportages. Son combat a même fait l’objet d’un documentaire, «Chez Salah, ouvert même pendant les travaux».

Les proches de Salah ont confié à nos confrères qu’une veillée allait être organisée, ce lundi, à partir de 19h, dans l’emblématique café.