#JeSoutiensHugo: Un adolescent menacé de mort après une blague sur le pèlerinage de La Mecque

CYBERHARCELEMENT La police nationale a indiqué, à plusieurs reprises sur Twitter, que les menaces avaient été signalées aux enquêteurs de la plateforme Pharos

Manon Aublanc

— 

Rassemblement des musulmans autour de la Kaaba dans la grande mosquée de la Mecque lors du pélerinage annuel, Arabie Saoudite, le 13 décembre 2007.
Rassemblement des musulmans autour de la Kaaba dans la grande mosquée de la Mecque lors du pélerinage annuel, Arabie Saoudite, le 13 décembre 2007. — A. JAREKJI / REUTERS

Une blague qui a déclenché une déferlante d’insultes et de menaces. Hugo, un adolescent de 15 ans, a partagé, ce samedi soir sur Twitter, une photographie de la foule au pèlerinage de  La Mecque, en Arabie Saoudite, accompagnée du commentaire « Ptdr y’a du monde à InZeBoite », en référence à un jeu télévisé diffusé sur la chaîne pour enfants Gulli. 

Une plaisanterie qui a fortement déplu à certains internautes, qui ont accusé le jeune homme de manquer de respect à la religion musulmane. Certains ont même déclaré vouloir s’en prendre physiquement à l’adolescent, réclamant son nom, son adresse personnelle ou le nom de son établissement scolaire.

« Encore désolé, laissez moi en vie »

Face aux messages de haine, aux insultes et aux menaces de mort, Hugo a publié un message d’excuse, implorant qu’on le « laisse en vie ». « Je n’ai jamais voulu offenser quelqu’un dans ce tweet arrêtez de vouloir la violence pour rien, il y a bien pire dans ce monde et sur Twitter », a-t-il ajouté. Ses deux tweets ont depuis été supprimés.

Face à la déferlante de haine, de nombreux internautes ont utilisé le hashtag #JeSoutiensHugo.

Les menaces signalées à plusieurs reprises

La secrétaire d'état chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa​, a, elle aussi, réagi dans un message posté sur Twitter : « La France est une République laïque où chacun peut critiquer et se moquer des religions sans être menacé de mort pour cela ! Le blasphème n’existe pas. En revanche, le cyber-harcèlement en meute est puni depuis cet été par la loi ».

« Le problème des intégristes n’est pas la foi, mais l’impiété. S’ils croyaient vraiment en Dieu, ils se moqueraient des rires », a réagi le philosophe, Raphaël Enthoven.

La police nationale a pour sa part indiqué, à plusieurs reprises sur Twitter, que les menaces avaient été signalées aux enquêteurs de la plateforme Pharos, qui permet de signaler des contenus illégaux sur Internet.