Vosges: Pourquoi les gendarmes s'invitent-ils sur vos baguettes de pain?

PREVENTION C’est la nouvelle idée de la gendarmerie des Vosges pour toucher les seniors et les victimes de violences dans les familles 

Nils Wilcke

— 

Pour alerter les seniors sur les risques du quotidien, la gendarmerie des Vosges communique sur des baguettes.
Pour alerter les seniors sur les risques du quotidien, la gendarmerie des Vosges communique sur des baguettes. — Gendarmerie des Vosges
  • Les gendarmes des Vosges veulent mieux communiquer leurs conseils de prévention aux seniors et aux victimes de violences dans les familles.
  • Leur idée ? Afficher leurs messages sur les sachets de médicaments dans les pharmacies et les emballages de pain des boulangeries.
  • 200.000 sachets vont être distribués par ce biais aux habitants dans les Vosges.

Des conseils pour une bouchée de pain, ça vous dit ? C’est la nouvelle campagne de communication lancée par la gendarmerie à destination des seniors et des victimes de violences familiales à l’aide de messages imprimés sur des sachets dans les boulangeries et pharmacies. Au total, 300 commerces vosgiens, qui dépendent du secteur participent à l’opération. A côté des phrases sont indiqués les numéros à contacter en cas de besoin.

200.000 sachets en papier distribués

Objectif : diffuser largement les messages « au cœur des foyers via les achats de pain et de médicaments, deux actes du quotidien », explique à 20 Minutes le lieutenant-colonel Vialenc, commandant en second du groupement de la gendarmerie des Vosges. « Nous avions du mal à toucher l’ensemble de la population avec les moyens de communication traditionnels », ajoute le militaire.

Près de 200.000 sachets en papier ont été distribués depuis le week-end dernier. Avec un hashtag dédié sur Twitter, #AidezNousAVousAider, la gendarmerie incite les internautes à communiquer avec elle. En plus de la « tranquillité seniors », les « violences intrafamiliales » sont le deuxième thème mis en avant par cette campagne.

Inciter les personnes à parler

« C’est un sujet sensible. Très souvent, le silence règne sur ces questions, en particuliers lorsque des violences sont exercées sur des enfants. Mais il faut inciter les personnes qui pourraient en être victimes ou témoins à en parler », avance le lieutenant-colonel Vialenc. La campagne de prévention, en partenariat avec le Conseil départemental des Vosges, s’achèvera avec l’épuisement des stocks.

Pour le moment, l’initiative semble bien accueillie, au moins par les commerçants. « Certains d’entre eux se sont spontanément associés à cette démarche de prévention », se réjouit le militaire. En conséquence, la gendarmerie des Vosges prépare déjà la prochaine étape : une nouvelle campagne avant l’été, cette fois sur les cambriolages et les vols de véhicule, pour inciter les habitants à faire preuve de prudence avant de partir sur les routes. En espérant que le message finisse par passer.