Service national universel: Les jeunes participeront à une cérémonie patriotique pour «l'appel du 18 juin»

ORGANISATION Quelque 2.000 volontaires participeront à la première phase du service national universel du 16 au 28 juin, en internat, dans 13 départements

20 Minutes avec AFP

— 

Gabriel Attal , le 13 juin 2018 à l'Assemblée nationale.
Gabriel Attal , le 13 juin 2018 à l'Assemblée nationale. — Jacques Witt/SIPA

Les jeunes qui vont tester la phase pilote du service national universel (SNU), en juin prochain, participeraient à une « cérémonie patriotique pour l’appel du 18 juin », a annoncé Gabriel Attal, le secrétaire d’Etat en charge de la Jeunesse.

Dans la phase pilote, du 16 au 28 juin, dans tous les centres SNU, « il y aura une cérémonie pour l’appel du 18 juin », a affirmé Gabriel Attal sur RTL. Le 18 juin 1940, le général de Gaulle prononçait son premier discours à la radio de Londres pour appeler à la résistance française contre le Troisième Reich.

Près de 2.000 volontaires pour la première phase du service national universel

Gabriel Attal a précisé que l’uniforme des jeunes serait composé d’une veste-blouson bleu marine, d’un polo blanc, « un pantalon à pinces spécifique pour les cérémonies patriotiques », et d’une cocarde. Après leur SNU, les jeunes « auront vocation à participer aux cérémonies patriotiques qui ont lieu régulièrement sur le territoire », a souligné le secrétaire d’Etat.

Quelque 2.000 volontaires participeront à la première phase du service national universel du 16 au 28 juin, en internat, dans 13 départements. Puis ils réaliseront une mission d’intérêt général auprès d’associations, de collectivités, ou de corps en uniforme pendant deux semaines entre juillet 2019 et juin 2020.

Près de 40.000 jeunes en 2020

Ouvert à tous les départements l’an prochain, le SNU pourra accueillir en 2020 quelque 40.000 jeunes, a récemment indiqué Gabriel Attal. Interrogé par ailleurs sur la proposition d’Anne Hidalgo d’expérimenter le vote à 16 ans​ dans des lycées parisiens à l’occasion des élections européennes du 26 mai, il a estimé que « c’est une vraie question (…) il y a beaucoup trop peu de jeunes qui votent à 18 ans ».

La maire de Paris avait-elle prévenu le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, de cette initiative ? « Je ne crois pas », a répondu Gabriel Attal, « mais vous savez, Jean-Michel Blanquer est par principe très ouvert aux expérimentations ».