Pédophilie: Le président de la conférence des évêques veut mettre en place «un geste financier» pour les victimes

REPARATION Le dispositif devrait être « opérationnel » en novembre, selon le président de la Conférence des évêques de France

20 Minutes avec AFP

— 

Eric de Moulins-Beaufort, élu le 3 avril 2019 à la présidence de la Conférence des évêques.
Eric de Moulins-Beaufort, élu le 3 avril 2019 à la présidence de la Conférence des évêques. — LAURENT FERRIERE/SIPA

Un geste financier en guise de réparation pour les victimes de pédophilie. C’est ce qu’espère mettre en place Eric de Moulins-Beaufort, le président de la Conférence des évêques de France (CEF) récemment élu. Le dispositif devrait être « opérationnel » en novembre.

« Nous voulons aller jusqu’au bout du travail déjà entrepris sur la question des abus sexuels commis dans l’Église : être capables de proposer un geste financier aux victimes », affirme le président de la CEF qui prendra ses fonctions au 1er juillet, dans une interview au journal du diocèse de Paris, Paris Notre-Dame.

Un dispositif opérationnel en novembre 2019

Cette question est l’un des quatre axes de travail mis en place en novembre dernier par les évêques dans la lutte contre la pédophilie. Les trois autres thèmes sont le travail de mémoire auprès des victimes, la prévention, et enfin le suivi des prêtres coupables, un point « sur lequel il reste beaucoup à créer » selon l’archevêque de Reims. « Tout cela, nous souhaitons le construire avec les personnes victimes, pour présenter un dispositif opérationnel lors de l’assemblée [épiscopale] de novembre 2019 », a-t-il ajouté.

Les mesures de réparation financière sont très attendues par les associations de victimes, d’autant plus lorsque les faits sont prescrits. Une commission d'enquête indépendante, chargée de faire la lumière sur les agressions sexuelles dans l’Eglise depuis les années 1950 à la demande de l’épiscopat, doit être opérationnelle en mai.