VIDEO. Manche: Des drones pour lutter contre les traversées clandestines

SECURITE Les forces de sécurité de la Zone de défense Nord ont reçu une dotation en matériel pour lutter contre l’immigration clandestine

Mikael Libert

— 

Un pilote de drone de la police nationale à Lille.
Un pilote de drone de la police nationale à Lille. — M.Libert / 20 Minutes
  • Des fonds Britanniques ont permis aux autorités Française d’acheter du matériel.
  • Il servira aux forces de sécurité du Nord pour lutter contre l’immigration clandestine.
  • Plusieurs drones serviront notamment à la surveillance du littoral des Hauts-de-France.

Cadeaux intéressés. Les forces de sécurité de la zone de défense Nord sont particulièrement impliquées dans la lutte contre l’immigration clandestine. Selon la préfecture des Hauts-de-France, policiers et gendarmes sont confrontés à une nette augmentation des traversées illégales entre le littoral et la Grande-Bretagne depuis le mois d’octobre 2018. Pour tâcher d’endiguer le phénomène, du matériel dernier cri a été acheté par les autorités Françaises à l’aide de fonds Britanniques.

Les traversées de la Manche par des migrants sur de petites embarcations sont presque devenues le lot quotidien des fonctionnaires de la police aux frontières (PAF). « Face à ce constat, un plan zonal de lutte contre les traversées maritimes a été élaboré […]. Le plan s’accompagne d’un fonds britannique de 7 millions d’euros », explique-t-on à la préfecture de région. Pour la seule Zone de défense Nord, c’est une enveloppe de près de 750.000 euros qui a été débloquée.

Caméras, moto-cross et drones

Avec cet argent, les autorités ont acheté de nombreux équipements high-tech, notamment pour surveiller le littoral. Lunettes infrarouges, caméras piège, remorques éclairantes, éclairages mobiles haute puissance… Sous le sapin, policiers et gendarmes ont aussi trouvé quelques véhicules flambant neufs, dont des moto-cross pour patrouiller sur les plages et dans les dunes et une camionnette équipée comme un véritable commissariat mobile.

Le plus surprenant, c’est l’acquisition de plusieurs drones du fabricant Chinois DJI. Des petits, équipés de caméras, haut-parleurs ou éclairage pour des missions de surveillance impliquant une grande discrétion. Et un beaucoup plus gros, moins discret, mais qui peut emporter soit une caméra dotée d’un zoom très puissant, soit une caméra thermique.

Ces derniers équipements seront mis en œuvre par les pilotes des avions de la police nationale basés à Lesquin. « Il n’est pas question de remplacer les avions avec les drones. Il s’agit de moyens complémentaires pour intervenir sur des périmètres plus restreints que les avions », explique à 20 Minutes l’un des pilotes.