20 Minutes : Actualités et infos en direct
ALERTELes syndicats alertent sur une vague de suicides au Ministère du travail

Une vague de suicides au sein du Ministère du travail inquiète les syndicats

ALERTELes syndicats CGT, SUD et FSU du ministère du Travail demandent à leurs autorités de tutelle de « définir d’urgence un plan de prévention approprié contre les suicides et les tentatives de suicide »
Le ministère du Travail, à Paris.
Le ministère du Travail, à Paris. - Miguel Medina AFP
20 Minutes avec agences

20 Minutes avec agences

Une vague de « suicides et tentatives de suicides » au sein du ministère du Travail inquiète les syndicats. Les organisations CGT, SUD et FSU dénoncent ainsi l’inertie de leurs autorités de tutelle. Elles demandent au ministère de « définir d’urgence un plan de prévention approprié » dans une lettre ouverte à leur ministre, Muriel Pénicaud.

« Six suicides et neuf tentatives de suicide ont été recensés depuis 2017, qui ne sont que le haut de l’iceberg, conséquences de situations de mal-être au travail dans tous les services », a expliqué à l’AFP ce mardi Gérald Le Corre, secrétaire du CHSCT du ministère.

Les syndicats demandent des « enquêtes systématiques »

Ces suicides et tentatives de suicides, qui ont démarré « en 2012 », selon ce syndicaliste, se sont produits dans plusieurs régions. Des enquêtes ont révélé qu’ils sont « pour certains en lien direct avec les conditions de travail, pour d’autres plurifactoriels », selon la même source.

« Une dernière tentative de suicide d’un élève inspecteur du travail a eu lieu fin février en région lyonnaise » ainsi que « celle d’une assistante en section d’inspection du travail, sur son lieu de travail, en Centre-Val de Loire, une semaine auparavant », précise-t-il.

Les syndicats demandent des « enquêtes systématiques » et « un suivi de tous les cas recensés afin de vérifier que les conditions de travail préservent la santé des salariés ».

« A défaut d’actions, la DRH sera complice des suicides »

Selon cette source, la situation est due « à une superposition de réformes depuis 2014, des réorganisations permanentes, accompagnées d’une baisse des effectifs d’environ 20 % depuis 2014 et d’une destruction du collectif de travail ».

« La DRH Ministérielle doit sortir de son discours récurrent sur son impuissance à mettre en œuvre des mesures de prévention primaires par manque d’effectif au sein du bureau des conditions de travail ou par manque de budget pour des actions concrètes. A défaut d’actions, la DRH sera complice des suicides et tentatives de suicide à intervenir », ajoutent les syndicats dans leur lettre.

Sujets liés