«Gilet jaunes»: Ingrid Levavasseur s'engage dans l'aide aux familles monoparentales et veut peser sur les municipales

SOCIETE Après avoir renoncé à conduire la liste de « gilets jaunes » jusqu’aux élections  européennes, la figure du mouvement crée deux associations

20 Minutes avec AFP

— 

Ingrid Levavasseur, le 15 janvier 2019 à Grand-Bourgtheroulde.
Ingrid Levavasseur, le 15 janvier 2019 à Grand-Bourgtheroulde. — ISA HARSIN/SIPA

Ingrid Levavasseur, initiatrice d’une liste « gilets jaunes » pour les élections européennes dont elle a renoncé à prendre la tête, a annoncé dimanche la création d’une association d’aide aux familles monoparentales et d’un autre mouvement pour peser sur les municipales.

L’association « Racines positives » se donne « pour objectif la création d’un réseau d’accueil pour familles monoparentales », détaille dans un communiqué l’ancienne figure du mouvement social, qui élève seule ses enfants.

« Ce réseau est destiné à toutes celles et tous ceux qui sont contraints, du fait de leur situation précaire, à renoncer à une évolution professionnelle » et « vise à améliorer leur quotidien, à leur redonner une dignité et à leur offrir des conditions propices à la reprise d’études », précise-t-elle.

Une association « présente à chaque échéance électorale »

L’aide-soignante de 31 ans, qui a réuni ses soutiens samedi à Paris, a aussi fondé l’association « Eclosion démocratique », qui sera « présente à chaque échéance électorale à partir des municipales de 2020 ».

Visant « la fin des injustices sociales, la lutte contre les inégalités territoriales, l’égalité femmes-hommes, une Europe forte et solidaire, une démocratie pour tous avec tous, et une transition écologique efficace », cette association entend faire des « propositions élaborées par des commissions rassemblant des citoyens et des experts ».

A la mi-mars, Ingrid Levavasseur avait annoncé qu’elle ne participerait plus aux manifestations des « gilets jaunes », dénonçant « l’extrême violence » qui les a émaillées. Elle avait dit se préparer aux municipales de 2020, voyant « une page qui se tourne » dans le mouvement social.