Eboueurs à Lyon: Les agents de Pizzorno, société privée chargée d'une partie de la collecte, sont toujours en grève

CONFLIT SOCIAL Alors que vendredi matin, les agents de la métropole ont repris le travail, dans le privé, la grève chez Pizzorno se poursuit

Elisa Frisullo

— 

Dans la métropole de Lyon, les poubelles débordent en raison de la grève des éboueurs. Ici à Saint-Genis-Laval, près de Lyon.
Dans la métropole de Lyon, les poubelles débordent en raison de la grève des éboueurs. Ici à Saint-Genis-Laval, près de Lyon. — E. Frisullo / 20 Minutes
  • Après 17 jours de grève, les agents de la collecte de la métropole ont repris le travail vendredi matin.
  • Mais les salariés du privé, employés par Pizzorno pour ramasser les déchets à Lyon et Villeurbanne notamment, restent mobilisés.
  • Ils réclament une rémunération décente et de meilleures conditions de travail.

Ils réclament un alignement des salaires et des conditions de travail sur ceux des agents travaillant en régie publique. Alors que vendredi à l’aube, les éboueurs de la métropole de Lyon ont mis fin à leur grève après dix-sept jours de mobilisation, les salariés de Pizzorno continuent leur mouvement.

Les agents de cette société privée chargée de la collecte des ordures ménagères sur une partie de Lyon, Villeurbanne, Bron et Vaulx-en-Velin ont cessé le travail le 2 avril. Ces éboueurs, soutenus par Solidaires Rhône, réclament principalement une augmentation de 300 euros nets par mois et l’amélioration de leurs conditions de travail.

Les agents du site de Vénissieux, qui dénoncent une « pression au travail, une surveillance incessante et des conditions de rémunération indécentes » ont été reçus vendredi par le président de la Métropole David Kimelfeld. Mais du côté de leur direction, les négociations n’ont pour l’heure pas avancé.

Reprises des négociations lundi ?

Solidaires Rhône a sollicité une rencontre avec la direction de Pizzorno à 10 heures lundi matin pour reprendre des « négociations loyales ». L’organisation syndicale a notamment demandé à la société privée de renoncer à faire intervenir, comme chaque matin depuis le début de la grève, un huissier de justice chargé de recenser les grévistes.

Conséquence de la mobilisation, dans plusieurs quartiers lyonnais et dans les communes concernées, les poubelles s’entassent, comme ce fut le cas en périphérie de Lyon pendant plus de deux semaines.