Le gouvernement lance la cantine à 1 euro et le petit-déjeuner gratuit à Amiens, Toulouse ou encore Montpellier

PAUVRETÉ Le gouvernement a annoncé dimanche le lancement de la cantine à 1 euro d'ici fin avril et à partir du 17 avril les petits-déjeuners gratuits dans huit académies tests.

20 Minutes avec AFP

— 

Une cantine scolaire de Metz.
Une cantine scolaire de Metz. — Ville de Metz

Pour que les enfants n’arrivent plus en classe le ventre vide. Ce dimanche, la secrétaire d’État auprès de la ministre de la Santé, Christelle Dubos, a annoncé le lancement de la cantine à un euro d’ici fin avril et des petits-déjeuners gratuits dès le 17 avril dans huit académies tests.

Parmi ces huit académies : Amiens, Toulouse ou encore Montpellier. Le gouvernement prévoit de généraliser le dispositif à l’ensemble du territoire en septembre, dans le cadre de la « stratégie nationale » de lutte contre la pauvreté, doté de 8,5 milliards d’euros, annoncée par le président de la République.

« Une mesure de bon sens qui s’attaque aux racines des inégalités »

« Les communes qui s’engagent recevront une aide de l’État de 2 euros par repas, sachant qu’il coûte en moyenne 4,50 euros. Ça concernera jusqu’à 10. 000 communes », précise la secrétaire d’Etat dans une interview au Journal du dimanche (JDD).

« Dans les zones défavorisées, 1 enfant sur 10 arrive en classe le ventre vide. Il n’a donc pas les mêmes chances d’apprentissage qu’un camarade qui a le ventre plein. Mettre en place le petit-déjeuner à l’école, c’est une mesure de bon sens qui s’attaque aux racines des inégalités », commente Mme Dubos.