Vente d'alcool: La grande distribution s'engage à plus de prévention et de contrôles

PREVENTION A travers cette charte, les grandes enseignes s’engagent à « mieux former leurs salariés, sensibiliser les clients, moderniser l’affichage et étudier les modalités d’un renforcement des moyens de contrôle en caisse »

A.B. avec AFP

— 

La grande distribution s'est engagée à réaliser plus de prévention et de contrôles sur la vente d'alcool.
La grande distribution s'est engagée à réaliser plus de prévention et de contrôles sur la vente d'alcool. — VALINCO/SIPA

Le secteur de la grande distribution s’est engagé à renforcer la prévention dans ses magasins et à mieux former ses personnels de caisse sur la vente d’alcool, dans le cadre d’une charte signée ce jeudi. Le texte a été paraphé au siège de la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca), par la Fédération du commerce et de la distribution (FCD), ainsi que par le Groupement des Mousquetaires (Intermarché) et le Mouvement E.Leclerc - ces deux derniers n’étant pas membres de la FCD.

Fin mars, l’agence sanitaire Santé publique France a lancé une campagne dont le message est : « Pour votre santé, c’est maximum deux verres par jour, et pas tous les jours ».

« Moins de 18 ans, j’achète pas »

A travers cette charte, les grandes enseignes s’engagent à « mieux former leurs salariés, sensibiliser les clients, moderniser l’affichage et étudier les modalités d’un renforcement des moyens de contrôle en caisse », selon le communiqué.

Les signataires - qui représentent près de 20.000 points de vente accueillant environ 10 millions de clients par jour - apposeront par exemple, sur les bouteilles de boissons alcoolisées des marques distributeurs, un visuel qui rappelle les unités d’alcool contenues dans un verre standard.

Ils s’engagent également à « relayer les campagnes, en cours et à venir, des pouvoirs publics », et à apposer sur leurs prospectus et affiches publicitaires concernant des produits alcoolisés, un logo « commun à toutes les enseignes : "Moins de 18 ans, j’achète pas" ».

Quant à l’interdiction de la vente d’alcool aux mineurs, la grande distribution va engager « des travaux pour évaluer les possibilités d’un blocage automatique de la vente d’alcool, dès lors que le paiement est réalisé avec une carte bancaire, une carte de fidélité ou autre moyen de paiement délivrés à un mineur ».

La formation du personnel va être renforcée

Par ailleurs, la formation du personnel va être renforcée, pour les nouveaux embauchés comme les salariés déjà en place, « notamment en caisse et aux rayons "liquides" ».

L’alcool constitue une des principales causes de mortalité évitable, avec 41.000 décès qui lui sont attribuables chaque année dans l’Hexagone, a rappelé Santé publique France fin mars.

En 2017, 85,7 % des adolescents de 17 ans ont déclaré avoir déjà bu de l’alcool au cours de leur vie, selon des données publiées dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) fin mars. L’usage régulier d’alcool - au moins dix fois dans le mois - concernait un jeune sur dix (8,4 %).

Et malgré l’interdiction de vente aux mineurs, les adolescents qui ont déclaré avoir bu des boissons alcoolisées dans le mois étaient 91 % à en avoir acheté en magasin.