La Vélodyssée, l'itinéraire français numéro un chez les cyclotouristes

LOISIRS Le parcours relie Roscoff (Finistère) à Hendaye (Pyrénées-Atlantiques) en longeant le littoral

Frédéric Brenon

— 

Des cyclistes sur l'itinéraire Vélodyssée dans les Landes.
Des cyclistes sur l'itinéraire Vélodyssée dans les Landes. — J.Damase/Vélodyssée

Avec près de 1,3 million de cyclistes dont 202.000 cyclotouristes itinérants, la Vélodyssée est l’itinéraire cyclable le plus fréquenté de France vient de dévoiler une étude de fréquentation cofinancée par douze collectivités françaises et l’Union européenne. Elle devance ainsi largement la Via Rhôna, la Méditerranée à vélo et la Loire à vélo.

Créé en 2012, le parcours, partie française de l'Eurovélo 1, relie Roscoff (Finistère) à Hendaye (Pyrénées-Atlantiques) via Nantes, la Rochelle ou Arcachon sur un total de 1.290 km aménagés. Les deux tiers du tracé longent le littoral, le plus souvent en site propre. Les utilisateurs sont parfois des locaux mais principalement des touristes. Plutôt des familles et des retraités. Les trois quarts dorment dans un hébergement payant (camping en tête). Un sur cinq est étranger, les Allemands et Britanniques étant les plus nombreux, devant les Espagnols.

« On peut dire aujourd’hui que c’est très rentable »

Quant aux retombées économiques locales, elles sont estimées, selon l’étude, à 103,6 millions d’euros sur l’ensemble de l’itinéraire (année 2018). « C’est considérable, constate Stéphane Villain, président du comité de pilote de la Vélodyssée. Les touristes à vélo sont des gens qui prennent leur temps, qui respectent le territoire, qui font des visites et qui dépensent plus que la moyenne. Environ 71 euros par jour et par personne. C’est pour ça qu’on doit les chouchouter. »

Des cyclistes sur l'itinéraire Vélodyssée à Arcachon (Gironde).
Des cyclistes sur l'itinéraire Vélodyssée à Arcachon (Gironde). - J.Damase/Vélodyssée

« L’aménagement du parcours a nécessité un investissement de 150 millions d’euros, partagé entre les régions et les départements traversés. On peut donc dire aujourd’hui que c’est très rentable », se réjouit Franck Louvrier, président du comité régional du tourisme des Pays-de-la-Loire.

Plusieurs points à améliorer

Reste que plusieurs choses peuvent être encore améliorées pour faire grandir la fréquentation. « Développer les aires de service intermédiaires (avec toilettes, point d’eau, station de gonflage…), développer les équipements de sécurité (attaches vélo, consignes à bagages…), faciliter l’accès des vélos aux trains, augmenter un peu plus les kilomètres de site propre… », énumère Franck Louvrier.

Autres pistes étudiées : installer des bornes de recharge pour accompagner l’engouement pour le vélo à assistance électrique, améliorer la digitalisation du parcours.