Décès dans un Ehpad: Mais où étaient donc préparés les repas de la maison de retraite de Lherm?

SANTE Certaines familles auraient appris que les plats n’étaient plus préparés sur place. Le groupe Korian, propriétaire de l’établissement où a lieu une probable intoxication alimentaire, a apporté un démenti formel

Beatrice Colin

— 

La prise de repas dans une maison de retraite (illustration).
La prise de repas dans une maison de retraite (illustration). — PHILIPPE HUGUEN / AFP
  • Cinq résidents d’une maison de retraite de Lherm, en Haute-Garonne, sont morts après avoir pris leur repas dimanche soir.
  • Des familles ont dénoncé une préparation des repas en externe, ce que dément le groupe Korian, propriétaire de l’établissement.
  • Une enquête pour « homicides et blessures involontaires » a été ouverte par le parquet de Toulouse.
  • Des familles de victimes ont l’intention de porter plainte.

« On nous a toujours assuré que les repas étaient faits sur place, mais je viens d’apprendre qu’ils auraient été livrés. » Lundi, quelques heures après le décès de sa mère, une des cinq victimes d'une probable intoxication alimentaire qui a touché la maison de retraite « La Chêneraie », Alain Lapeyre fulminait.

En colère, cet habitant d’une commune de la Haute-Garonne juge « inadmissible » ce qui est arrivé dans cet établissement du sud de Toulouse, lui qui déboursait avec ses autres parents 3.000 euros par mois pour que sa maman puisse être prise en charge.

Si la question du manque des effectifs est revenue très régulièrement lundi dans les témoignages des familles, celle de la confection des repas est plus directement en jeu dans cette affaire de probable intoxication alimentaire.

Plusieurs familles ont en tout cas reçu des informations contradictoires sur le lieu de préparation, en interne ou en externe.

Repas préparé sur place selon Korian

Selon les premiers éléments de l’enquête, ce sont les repas mixés, pris par les résidents très dépendants et pour nombre d’entre eux malades d’Alzheimer, qui sont à l’origine de l’intoxication.

Des repas confectionnés sur place, a assuré le groupe Korian, qui a racheté en février dernier cet établissement de 80 résidents.

« Nous confirmons que tous les plats servis aux résidents de la Chêneraie sont cuisinés sur place par le chef cuisinier et son équipe, salariés de l’établissement, à partir de denrées livrées par des fournisseurs locaux », a indiqué dans un communiqué le numéro un des maisons de retraite en Europe.

L’enquête, ouverte pour « homicides involontaires et blessures involontaires » par le parquet de Toulouse, devra confirmer cette information et lever les doutes des familles, parmi lesquelles certains ont indiqué qu’elles allaient porter plainte.

En attendant ses conclusions, la cuisine a été mise sous scellés par les enquêteurs de la brigade de gendarmerie de Muret dans la nuit de dimanche à lundi.

Analyses toxicologiques en cours

Les analyses des prélèvements toxicologiques effectués sur place sont en cours. A titre exceptionnel, c’est la société Sodexo qui va approvisionner en plats préparés la maison de retraite et ils seront réchauffés sur place.

« Par mesure de précaution, aucune préparation d’aliments ne sera plus réalisée sur place tant que les résultats des analyses ne seront pas connus », indique le groupe Korian.

Pour comprendre l’origine du choc toxique qui a conduit aux décès des cinq pensionnaires et à l’hospitalisation de quinze autres, les autopsies devraient avoir lieu rapidement.

« Nous devons comprendre les circonstances de ce drame », a indiqué Agnès Buzyn, qui se rendra sur place ce mardi pour rencontrer les familles, les personnels et autorités.