Toulouse : L'appli qui vous aide à stationner (et à éviter les PV) débarque à Toulouse

SOCIETE Seety indique aux automobilistes les endroits où se garer et peut même prévenir les utilisateurs en cas de passage des contrôleurs

Julie Rimbert
— 
Un agent de surveillance de la voie publique (ASVP) de la mairie de Toulouse, chargée de verbaliser les contrevenants.
Un agent de surveillance de la voie publique (ASVP) de la mairie de Toulouse, chargée de verbaliser les contrevenants. — F. Scheiber / 20 Minutes
  • Après Paris à l'été 2018, l'appli gratuite Seety débarque à Toulouse.
  • Cet outil donne une carte des zones où l'on peut se garer, gratuitement ou pas.
  • Collaborative, l'appli indique aussi les horaires des contrôleurs et évite ainsi les amendes.

Dans les petites rues de Toulouse, c’est parfois le parcours du combattant pour dénicher une place de stationnement, gratuite ou pas. Pour aider les automobilistes dans cette quête de la place parfaite, l’application Seety a débarqué cette semaine dans la Ville rose.

Gratuite sur iPhone et Android, elle signale les stationnements disponibles et évite aussi de prendre une prune. Lancée à l’été 2018 à Paris où elle compte plus de 60.000 utilisateurs, Seety est maintenant disponible dans une dizaine de villes de France.

Alertes quand les contrôleurs passent

C’est après une avalanche d’amendes sur son véhicule à Bruxelles qu’Hadrien Crespin, l’un des deux fondateurs, a eu l’idée de créer cet outil collaboratif. « Je m’étais garé dans une rue que je croyais gratuite afin de partir en vacances mais à mon retour j’avais cinq amendes, tous les jours à la même heure, explique cet ancien banquier. Je me suis dit que c’est une information qui intéresserait mes voisins de savoir à quelle heure passaient les agents de contrôle. »

Sur une carte, l’appli indique les différents endroits où stationner, selon les zones gratuites, payantes ou à disque bleu. Et selon les heures de la journée, elle fournit les risques de contrôle.

Si un contrôleur arrive à proximité de votre véhicule ou que le temps de stationnement touche à sa fin, l’utilisateur est informé, comme cela est déjà le cas avec l’application ParkNow qui permet de payer l’horodateur.

Hadrien Crespin et Nicolas Cogneaux, les fondateurs de l'appli Seety.
Hadrien Crespin et Nicolas Cogneaux, les fondateurs de l'appli Seety. - Seety

« La communauté donne des informations pour les alertes et les contrôles grâce aux utilisateurs qui peuvent partager les détails d’une amende pour que cela n’arrive pas aux autres membres », détaille Hadrien Crespin.

Il faut dire que garer gratuitement dans les rues de la Ville rose est devenu impossible. Près de 12.000 places sont aujourd’hui réglementées et payantes. Progressivement, le stationnement «résident» s’est étendu aux différents faubourgs. En février, 727 places de Guilhemery et du Port Saint-Etienne sont ainsi passées sous ce statut.

A cela s’est ajoutée le 1er janvier 2018, la mise en œuvre de la nouvelle réglementation qui a fait passer l’amende de 17 à 30 euros pour les contrevenants qui dépassent le temps de stationnement, désormais limité à deux heures en centre-ville.

Avec toutes ces mesures, la fraude, qui était de 80 % il y a plus d’un an, a baissé.

Cette nouvelle application pourrait pousser les resquilleurs à payer aussi leur parcmètre, malgré eux.

Seety, qui compte aujourd’hui 170.000 usagers, vise la barre des 500.000 avant la fin de l’année en ciblant les villes moyennes de moins de 100.000 habitants.