Le Mans: Les forains menacent de continuer les blocages en l’absence d’un accord

SOCIAL Après de violents affrontements, lundi, le calme est revenu en centre-ville du Mans

J.U. avec AFP

— 

Les forains mènent un mouvement de protestation au Mans
Les forains mènent un mouvement de protestation au Mans — JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Le silence est revenu, peut-être pas pour très longtemps. Au lendemain de violents affrontements entre forces de l’ordre et forains au Mans, le centre-ville a retrouvé son calme. Les professionnels, mobilisés depuis une semaine, menaçaient toutefois de nouveaux blocages, en l’absence d’accord.

« J’ai annoncé que si, avant midi, on n’a toujours pas un écrit, on ira bloquer la [gare] TGV. On veut un accord sur la pérennité de la fête au Mans, il y a 65 familles sur la paille », a déclaré Norman Bruch, du syndicat des forains Cidunati et leader de la fronde. Les forains menacent également de mener des blocages sur les routes et de filtrer l'autoroute, comme cela a été fait depuis une semaine.

« On est têtus »

Les forains protestent contre l’interdiction de s’implanter en centre-ville du Mans, la mairie préférant qu’ils soient à l’extérieur, essentiellement pour des questions de sécurité et en raison de la taille grandissante des attractions.

Le leader syndical a annoncé que les forains ne retourneraient pas au Panorama, lieu retenu par la mairie qui y a investi 900.000 euros. « La balle est dans leur camp. Je pense qu’il [Stéphane Le Foll, maire socialiste du Mans] a compris qu’on était têtus », a dit Norman Bruch.

Le maire avait opposé lundi soir une fin de non-recevoir, refusant toute discussion « sous la pression ou la violence ». Les forains estiment que l’éloignement des centres-villes leur fait subir un important préjudice financier.