Visite de Xi Jinping en France: Des minorités chinoises «persécutées» manifestent à Paris

DROITS DE L'HOMME Alors que le président chinois était reçu par Emmanuel Macron, des milliers de personnes ont manifesté pour dénoncer les «persécutions» infligées par Pékin

Manon Aublanc

— 

Des manifestants se mobilisent pour les droits de l'homme à Paris, lors de la visite du président chinois Xi Jinping, le 25 mars 2019.
Des manifestants se mobilisent pour les droits de l'homme à Paris, lors de la visite du président chinois Xi Jinping, le 25 mars 2019. — KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Dans l’espoir d’inscrire les droits de l’homme au menu de la visite du président chinois Xi Jinping en France, plusieurs centaines de représentants de minorités « persécutées » et de militants ont manifesté, ce lundi à Paris.

« Nous voulons qu'Emmanuel Macron évoque les violations des droits de l’Homme en Chine. Ce n’est pas du tout à l’agenda », a déclaré une jeune Tibétaine manifestant avec près d’un demi-millier de personnes sur le Parvis des droits de l’homme, près de la Tour Eiffel, à Paris. Au même moment, à quelques centaines de mètres de là, le président Xi Jinping était reçu par le président français Emmanuel Macron pour une visite à caractère essentiellement commercial.

« Les bénéfices économiques passent devant les droits de l’Homme car personne ne veut froisser la Chine »

Les Tibétains viennent de commémorer le 60e anniversaire de la « colonisation du Tibet par la Chine » et la fuite du Dalaï Lama de Lhassa, le 17 mars 1959. Lundi à Paris, les Tibétains ont été rejoints par des Ouïghours, des musulmans turcophones qui dénoncent régulièrement leur «persécution» par Pékin. « Stop au génocide » ; « Justice pour les Ouïghours » ; « Europe stands with Tibet » (L’Europe aux côtés du Tibet), pouvait-on lire sur les banderoles et pancartes brandies par les manifestants, nombre d’entre eux arborant des drapeaux tibétains et ouïghours.

« Les bénéfices économiques passent devant les droits de l’Homme car personne ne veut froisser la Chine. Personne n’ose s’interposer », a ajouté la militante tibétaine. « On espère faire en sorte qu’Emmanuel Macron cesse de passer à la trappe la question des droits humains », ajoute Jade Dussart, responsable programme Asie à l’ACAT, ONG chrétienne contre la torture et la peine de mort. « On a constaté un net recul de la France de ce point de vue, particulièrement depuis l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron », a-t-elle ajout.

Les membres du Falun Gong, victimes de « prélèvements d’organes forcés »

« Nous demandons au président Macron justice pour les Ouïghours », a expliqué une militante, brandissant une pancarte exigeant que la Chine « dégage du Turkestan oriental », nom donné par certains Ouïghours à leur province du Xinjiang, dans l’ouest de la Chine. «Trois millions de Ouïghours sont dans des camps de concentration dignes des camps nazis», a-t-elle dénoncé, souhaitant elle aussi préserver son anonymat. Au même moment, quelques dizaines de membres du mouvement spirituel chinois Falun Gong, interdit par Pékin en 1999, manifestaient devant l’ambassade de Chine à Paris.

Les membres du Falun Gong dénoncent régulièrement les «persécutions» de Pékin et notamment les « prélèvements d’organes forcés ». En décembre 2013, le Parlement européen manifestait sa « profonde inquiétude vis-à-vis des rapports crédibles et incessants de prélèvements non consentis, systématiques et cautionnés par l’Etat d’organes sur des prisonniers d’opinion dans la République populaire de Chine, y compris sur un grand nombre d’adeptes du Falun Gong détenus pour leurs croyances religieuses ».

La Chine donne des nouvelles du Tibétain disparu depuis sa désignation par le dalai lama