Laïcité: Selon une étude, 87% des Français sont attachés à la loi de 1905

SONDAGE Face aux réactions, la révision de la loi de 1905, censée mieux encadrer le culte musulman en lui demandant plus de transparence et une meilleure gouvernance, a été repoussée à « après l’été »

20 Minutes avec AFP

— 

Une église en France (illustration).
Une église en France (illustration). — GUILLAUME SOUVANT / AFP

Alors que le gouvernement a lancé un chantier de révision de la loi de 1905 censé mieux encadrer le culte musulman, la grande majorité des Français se dit favorable à cette loi et entend la garder « telle qu’elle est », révèle enquête Ifop pour la Fondation Jean-Jaurès, publiée ce lundi.

Selon cette étude, « 87 % des Français disent être favorables à la loi de 1905, qui garantit le libre exercice des cultes et impose le principe selon lequel l’Etat ne reconnaît ni ne subventionne aucun culte ».

Un Français sur quatre est d’accord pour « assouplir » « certains aspects » de la loi

Autres enseignements : 83 % des personnes interviewées approuvent la loi de 2004 qui interdit le port de signes religieux ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics. Et 89 % sont favorables à la loi de 2010 interdisant le port d’un voile intégral couvrant le corps et le visage dans la rue et les espaces publics.

Interrogés sur ce qu’apporte la loi de 1905, 30 % répondent d’abord qu’elle permet de « séparer les religions et la politique », 22 % qu’elle « assure la liberté de conscience », 20 % qu’elle permet de « faire reculer l’influence des religions dans notre société » et 19 % qu’elle place « toutes les religions sur un pied d’égalité ». Sept sondés sur 10 (71 %) veulent garder cette loi telle qu’elle est, tandis que 24 % sont d’accord pour « assouplir » « certains aspects ».

Les prières et les signes religieux dans les services publics et les universités visés

Parmi les assouplissements qui leur sont proposés, 84 % des Français répondent qu’ils « seraient pour l’interdiction de toute prière de rue et autre cérémonie religieuse dans l’espace public », 76 % pour interdire le « port de signes religieux ostensibles aux usagers des services publics », 75 % pour interdire le « port de signes religieux ostensibles dans les salles de cours des universités ».

Par ailleurs, 78 % des Français sont favorables aux arrêts pris en 2016 par les municipalités ayant interdit le burkini et 62 % sont favorables aux appels aux boycotts des entreprises proposant à la vente des « hijabs de course »​. Le gouvernement, qui a lancé à l’automne un chantier de révision de la loi de 1905 censé mieux encadrer le culte musulman en lui demandant plus de transparence et une meilleure gouvernance, l’a repoussé à « après l’été », face aux réactions.