«Gilets jaunes»: 80 interpellations et une septuagénaire grièvement blessée à Nice

MANIFESTATION Les « gilets jaunes » ont tenté par deux fois de pénétrer dans des secteurs interdits aux manifestations

J.D. avec AFP

— 

Des manifestants blessés près de la gare de Nice.
Des manifestants blessés près de la gare de Nice. — LIONEL URMAN/SIPA

Si l'acte 19 des « gilets jaunes » est loin d’atteindre les sommets de violence de l’acte 18 du week-end dernier, quelques heurts ont tout de même eu lieu, principalement en région.
Nice a notamment connu des scènes de tensions entre manifestants et forces de l’ordre, en raison de périmètre interdit aux rassemblements. Par deux fois, les manifestants ont tenté d’y entrer.

Une charge policière blesse grièvement une femme âgée

Le matin, des « gilets jaunes » s’étaient rendus sur la place Garibaldi, interdite, et à 12h30, la préfecture des Alpes-Maritimes recensait déjà 26 interpellations, dont 20 à Nice même. Une femme âgée était tombée pendant une charge de la police et avait été blessée. Les pompiers l’avaient évacuée, consciente.

« Elle souffre de plusieurs fractures au crâne, au rocher (oreille interne) et des hématomes sous-duraux », a précisé sa fille, ajoutant que les médecins avaient eu « très, très peur » pour elle quand ils l’avaient examinée. « Elle doit rester encore 48 heures sous surveillance. Elle est consciente, sous perfusion de morphine, car elle a de violents maux de tête », a-t-elle ajouté.

A sa fille qu’elle n’a d’abord pas reconnue, Geneviève Legay a raconté ce qui lui était arrivé en ces mots : « Je me souviens qu’un policier m’a chargée et après je ne me souviens de rien. »

Un périmètre d’interdiction agrandi à Nice

Dans l’après-midi, un deuxième rassemblement s’est tenu devant la gare Thiers. La situation a dégénéré au bout de deux heures de face-à-face sur le parvis de la gare, vers 15h50, lorsqu’un groupe de quelques centaines de personnes a tenté de pénétrer en courant dans le périmètre interdit. Les forces de l’ordre ont répliqué par des tirs très nourris de gaz lacrymogène, et des grenades de désencerclement. Au total, c’est 80 personnes qui ont été interpellées, dont 75 à Nice.

A Nice, le périmètre d’interdiction de manifestations et de rassemblements mis en place par la préfecture est particulièrement étendu : outre l’acte 19 des « gilets jaunes », il s’agit selon les autorités d’assurer la sécurité d’une visite du président chinois Xi Jinping et d’Emmanuel Macron, dimanche et lundi.

Les contraventions encourues en cas de participation à une manifestation interdite ont été portées de 38 à 135 euros par un décret jeudi. Si « des attroupements sont constatés » dans ces zones, il y aura « interpellation et amende », avait promis le secrétaire d'État à l'Intérieur Laurent Nuñez.