«Gilets jaunes»: Le survol des manifestations en hélicoptère aurait déjà coûté un million d’euros

SECURITE Six EC-135 de la gendarmerie nationale ont systématiquement survolé les rassemblements des « gilets jaunes » pour dissuader, renseigner et fournir d’éventuelles preuves vidéo

20 Minutes avec agence

— 

Un hélicoptère EC-135 de la gendarmerie française.
Un hélicoptère EC-135 de la gendarmerie française. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Entre le début du mouvement des « gilets jaunes » en octobre 2018 et l’acte XVIII de samedi dernier, les hélicoptères EC-135 de la gendarmerie ont effectué 717 heures de vol au-dessus des rassemblements, ont indiqué des responsables militaires au Point.

Un rapport du sénat estimait en 2014 qu’une heure de vol de ces engins coûtait entre 812 et 1.690 euros. Le prix de revient moyen s’élèverait à 1.412 euros. Les opérations auraient donc d’ores et déjà coûté 1,01 million d’euros.

Des caméras puissantes pour filmer les manifestations

Les EC-135 sont principalement intervenus dans le ciel de six grandes villes françaises : Paris, Lyon, Rennes, Nantes, Bordeaux et Toulouse. La gendarmerie française possède un parc de 56 hélicoptères, dont 47 se trouvent en métropole. 15 d’entre eux sont des EC-135 et six appareils de cette flotte ont été systématiquement utilisés pour survoler les sites des mouvements des « gilets jaunes ».

Les missions de ces hélicoptères sont multiples. Leur présence peut d’abord s’avérer dissuasive et contribuer au maintien de l’ordre. Leurs caméras, dotées d’un puissant zoom, sont aussi capables de fournir des éléments précieux pour les autorités. Les images peuvent orienter les décisions tactiques du commandement mais aussi servir de preuve en cas de procédure judiciaire.