Lyon: Des locaux gérés par les identitaires fermés par la municipalité

EXTREME DROITE Le bar « La Traboule » et la salle de boxe « L’Agogé », gérés par le groupuscule d’extrême droite Génération identitaire, sont concernés

Elisa Frisullo

— 

Les locaux concernés sont situés montée du Change, dans le Vieux-Lyuon. Illustration.
Les locaux concernés sont situés montée du Change, dans le Vieux-Lyuon. Illustration. — Caroline Girardon / 20 Minutes
  • Après avoir fermé au public un local du Bastion social fin 2018, la mairie de Lyon a pris deux arrêtés récemment pour interdire l’accès à deux salles gérées par Génération Identitaire.
  • Pour fermer ces établissements où se réunissent des membres du groupuscule d’extrême droite, la mairie s’appuie sur un rapport de la commission communale de sécurité qui a rendu un avis défavorable à l’accueil du public.

C’est la deuxième fois, en l’espace de quelques mois, que la mairie de Lyon intervient pour fermer un local de ce type. L’adjoint à la Sécurité de la ville de Lyon, Jean-Yves Sécheresse, a pris le 14 mars deux arrêtés visant à interdire l’accès au public de deux locaux gérés par Génération Identitaire montée du Change dans le Vieux-Lyon. La Traboule, un bar associatif ouvert par le groupuscule d’extrême droite en 2011 et Top Sport Rhône (Agogé), une salle de musculation attenante, sont concernés, précise à 20 Minutes la ville, confirmant une information de Rue89Lyon.

Un arrêté justifié par une sécurité insuffisante

Pour fermer ces locaux, la mairie de Lyon s’est appuyée sur un rapport de la commission communale de sécurité qui a rendu, l’été dernier, un avis défavorable à l’accueil du public. Elle a considéré que « l’état des locaux compromettait gravement la sécurité du public et faisait obstacle au maintien de l’exploitation des établissements », précise la mairie ce mercredi. Des travaux liés à la sécurité ont été demandés. Suite à deux mises en demeure adressées à Génération Identitaire et restées sans réponse, la municipalité a pris ces arrêtés.

Les locaux ne sont donc pas fermés définitivement, en théorie, mais le temps que les travaux nécessaires soient réalisés. « La réouverture au public des établissements ne pourra intervenir qu’après la réalisation de l’intégralité des prescriptions du rapport établi par le Service départemental-métropolitain d’incendie et de secours, une visite de la Commission de sécurité d’accessibilité, et une autorisation délivrée par arrêté municipal », ajoute la mairie.

Des patrouilles pour s’assurer du respect des arrêtés

Dans ce quartier où ces dernières années, des associations, commerçants et riverains, se sont élevés contre la présence massive d’établissements d’extrême droite générant tensions et des incivilités, les récents arrêtés devraient être accueillis avec soulagement. Pour un temps au moins et si tant est que les interdictions soient respectées.

Fin 2018, en effet, la mairie a pris une mesure similaire pour interdire l’accès au public d’un local du Bastion social dans le Vieux-Lyon. Malgré cette interdiction, le local continuerait d’être occupé de manière sporadique et discrète, selon Rue89Lyon. Dans un tweet publié mardi soir, Génération Identitaire a également assuré que les cours de boxe féminine prévus ce mercredi soir à l’Agogé auraient bien lieu.

En réponse, la municipalité lyonnaise prévient d’ores et déjà que « des patrouilles de police passeront pour constater le non-accès à ces locaux. Des sanctions sont prévues en cas de non-respect des arrêtés municipaux ».