Christophe Castaner demande la dissolution d’associations «légitimant le djihad armé»

SÉCURITÉ Les quatre structures visées sont toutes localisées à Grande-Synthe, dans le Nord de la France

Mikaël Libert
— 
La porte d'entrée du centre Zahra, à Grande -Synthe, dans le Nord.
La porte d'entrée du centre Zahra, à Grande -Synthe, dans le Nord. — G. Durand / 20 Minutes
  • Christophe Castaner demande la dissolution d’associations soupçonnées de légitimer le djihad armé.
  • Ces structures, dont le Centre Zahra, sont situées près de Dunkerque.
  • Zahra France fait déjà l’objet d’une fermeture administrative temporaire de 6 mois.

Ce mercredi, le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a demandé au président de la République de procéder à la dissolution de quatre associations qu’il accuse de légitimer « de façon régulière le djihad armé ».

Dans le viseur de Christophe Castaner, les associations « Centre Zahra France », « Fédération Chiite de France », « Parti Anti Sioniste » et « France Marianne Télé ». Toutes sont hébergées dans les locaux du Centre Zahra, à Grande-Synthe, dans le Nord.

Une fermeture sur arrêté préfectoral

Pour justifier sa demande de dissolution de ces structures, le ministre de l’intérieur invoque plusieurs articles du Code de la sécurité intérieure. Notamment celui stipulants que « sont dissous […] toutes les associations ou groupements de fait […] qui, soit provoquent à la discrimination, à la haine ou à la violence envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée ».

Début octobre, une opération anti terroriste dans les locaux de Zahra France avait eu pour conséquence la fermeture temporaire de l’association chiite par un arrêté pris par le préfet des Hauts-de-France. La raison avancée à l’époque était que le centre favorisait la « diffusion de l’islam radical chiite ».

« Un endoctrinement de la jeunesse »

Le ministre de l’Intérieur va plus loin, assurant que ces quatre associations « légitiment en effet de façon régulière le djihad armé tant par les prêches dispensés, que par les écrits mis à la disposition des fidèles et des internautes ». Christophe Castaner affirme aussi que cela s’accompagne « d’un endoctrinement de la jeunesse du "Centre Zahra" dans la perspective de la guerre sainte ».

Quelques jours après la fermeture administrative du Centre Zahra, son fondateur, Yahia Gouasmi, avait expliqué à 20 Minutes que « l’objectif est de faire taire ceux qui résistent ». Cependant, il ne cachait pas son soutien au Hamas palestinien et au Hezbollah libanais. Il récusait par ailleurs l’accusation d’antisémitisme au profit d’un antisionisme assumé, estimant qu’Israël est un « état colonialiste et impérialiste qu’il faut combattre ».