Journée mondiale du bonheur: Classiques, romantiques ou fêtards… Les Toulousains ont plein de raisons d’être heureux

SOCIETE A l’occasion de la journée mondiale du bonheur, ce mercredi 20 mars, des internautes ont donné à « 20 Minutes » les raisons d’être heureux à Toulouse

Nicolas Stival

— 

Les berges de Garonne à Toulouse, avec vue sur le Pont-Neuf, entre chien et loup.
Les berges de Garonne à Toulouse, avec vue sur le Pont-Neuf, entre chien et loup. — B. Colin / 20 Minutes
  • Si la place du Capitole n’est évidemment pas oubliée, beaucoup d’autres lieux rendent heureux nos lecteurs toulousains.
  • A côté des suggestions classiques ou romantiques, d’autres rappellent que la Ville rose est également très festive.

A la manière de Christophe Maé, nous avions lancé la question sur la page Facebook de 20 Minutes Toulouse : « Il est où le bonheur, il est où ? » Nous nous voulions plus terre à terre et locaux que le chanteur à succès de Belle Demoiselle, puisque nous demandions à nos internautes de se limiter aux joies que leur procure la Ville rose. Ils sont nombreux à s'être prêtés au jeu, à l’occasion de la journée mondiale du bonheur, ce mercredi 20 mars.

Les classiques

Bien sûr, on ne pouvait pas y couper. Mais finalement, seule Geneviève a évoqué « la magnifique place du Capitole », aussi inséparable de Toulouse que le pape Urbain V l’est de Mende. Autres lieux emblématiques : « le jardin japonais », vanté par Ophélie « pour la méditation » et par Stéphanie, qui aime y aller avec son fils Jules (4 ans), également friand des « carousels de Wilson et de Jeanne-d’Arc ». Nadège, elle, adore les Ponts-Jumeaux, où se retrouvent le Canal du Midi, le latéral à la Garonne et celui de Brienne.

L'inévitable place du Capitole.
L'inévitable place du Capitole. - Alexandre GELEBART/REA

Les romantiques

Toulousaine « depuis 13 ans », Ophélie, toujours elle, ressent « beaucoup de nostalgie dans ces vieilles briques, dans les longues balades dans les petites rues ». D’autres adorent prendre de l’altitude, comme Laëtitia : « Posés à Pech-David, on est bien… » Sarah aime aussi cette colline au sud de la ville, d’où elle peut profiter de « la plus belle vue de Toulouse la nuit, lorsqu’elle est illuminée. » Richard Bohringer  n’est pas très loin.

Grégory ne se sent jamais aussi heureux que « dans un balcon du Théâtre du Capitole », là même où, selon l’inévitable Claude Nougaro « les ténors enrhumés tremblent sous leurs ventouses ». « Chez Authié, place Dupuy. L’hiver, on est bien », complète Béa.

Les fêtards

Les Jacobins, Saint-Sernin ou le musée des Augustins, très peu pour eux. Pour certains internautes, Toulouse, c’est la fiesta, la bringue, et tant pis pour la modération. Ainsi, Khazig vante la beauté trouble des « levers de soleil à 3 grammes les matins d’été sur les berges ».

La fameuse place Saint-Pierre (rien à voir avec celle de Rome) n’est pas oubliée. Notamment le fameux établissement « Chez Tonton », qui revient plusieurs fois chez nos lecteurs. Lesquels en profitent pour interpeller des connaissances sur Facebook. Derrière les smileys complices, on devine les soirées estudiantes arrosées.

La cachottière

Le témoignage d’Edwige, qui évoque le « magasin de bonbons rue Saint-Rome » est choupinet. Mais notre préféré reste celui de Dalenda, qui nous répond, le rouge aux joues : « Je ne vais pas le dire, après, il y aura trop de monde. »