Trois millions de Français n'ont pas les moyens d'avoir une hygiène correcte

PRECARITE Les produits de première nécessité sont inaccessibles pour des millions de Français

L.Br. avec AFP

— 

Trois millions de Français n'arrivent pas à financer les produits liés à l'hygiène.
Trois millions de Français n'arrivent pas à financer les produits liés à l'hygiène. — Pixabay/ Stevepb

Lessive, shampooing, savon, serviettes hygiéniques… Ces produits du quotidien restent parfois inaccessibles aux Français. D’après un sondage Ifop commandé par l’association Dons solidaires et révélé par France inter, trois millions de Français n’ont pas les moyens de conserver une hygiène correcte. Un handicap dans leur vie sociale et professionnelle.

Deux millions de Français disent se sentir mal à l’aise par rapport à leur hygiène corporelle. Cette étude permet de poser des chiffres sur une réalité déjà connue. En France, 10 millions de personnes sont en situation de difficulté financière. D’après le sondage, plus d’un tiers d’entre eux disent avoir déjà renoncé à acheter du shampooing, du savon ou disent être obligés de limiter leur consommation de papier toilette.

Des moyens de fortune

Les produits les plus inaccessibles sont ceux qui sont les plus chers, comme la lessive. Conséquence : plus de 2,5 millions de personnes sont contraintes d’utiliser du savon, du liquide vaisselle ou du gel douche pour laver leurs vêtements. Très impactées par ce phénomène, les femmes ont parfois du mal à financer des protections hygiéniques comme des serviettes ou des tampons. Plus d’1,5 million d’entre elles sont dans l’impossibilité de changer de protection assez régulièrement, ou bien elles ont recours à des moyens de fortune.

Les enfants aussi sont très concernés : près de trois millions de parents déclarent ne pas pouvoir changer régulièrement les couches de leur enfant. Ce déficit d’hygiène se transforme vite en cercle vicieux pour les personnes précaires et peut avoir un impact sur la vie sociale et professionnelle. Les trois quarts des répondants déclarent avoir déjà annulé au moins une fois un entretien d’embauche à cause de leur apparence.