Attentats de Christchurch: Le CFCM dépose plainte après le tweet polémique d’une élue bretonne

JUSTICE Catherine Blein avait évoqué la loi du talion sur les réseaux sociaux après la tuerie

J.G. avec AFP

— 

L'élue Catherine Blein ici le 4 mai 2017 lors d'un déplacement de Marine Le Pen en Bretagne.
L'élue Catherine Blein ici le 4 mai 2017 lors d'un déplacement de Marine Le Pen en Bretagne. — DAMIEN MEYER / AFP

Son tweet avait suscité l’indignation vendredi après les attentats de Christchurch en Nouvelle-Zélande. Conseillère régionale de Bretagne et ex-élue du Rassemblement national, Catherine Blein est désormais dans le viseur de la justice.

Une plainte à son encontre a été déposée lundi après-midi par le Conseil français du culte musulman (CFCM) « pour apologie de terrorisme et incitation au crime ». « La plainte a été déposée au parquet de Rennes et aussi par précaution à la section antiterroriste du parquet de Paris », a précisé à l’AFP Abdallah Zekri, président de l’Observatoire national contre l’islamophobie, une instance du CFCM.

Catherine Blein, 73 ans, retraitée de l’agriculture, avait écrit vendredi le message « tuerie en new zealand : oeil pour oeil… » désormais effacé. « Dans un contexte national et international extrêmement tendu, il est incontestable tant par son sens que par sa portée que ce tweet suscite un sentiment d’hostilité et de rejet envers la communauté musulmane », a estimé Abdallah Zekri.

Suspendue du Rassemblement national en 2017

Président de la région Bretagne, le socialiste Loig Chesnais-Girard avait déjà annoncé samedi avoir saisi la justice à propos de ce tweet.

Dans un communiqué, le groupe Rassemblement National (RN) au Conseil régional de Bretagne a condamné « avec la plus grande fermeté les propos tenus par Catherine Blein », rappelant qu’elle n’était plus membre du mouvement. En 2017, elle avait été suspendue du parti présidé par Marine Le Pen pour avoir tenu des propos homophobes et islamophobes sur les réseaux sociaux.