Perpignan: L'hôpital répond aux accusations de discrimination envers une maman homosexuelle

HOPITAL « Il semblerait qu’un défaut de communication ou d’explications ait pu laisser penser aux deux mamans qu’il s’agissait d’une discrimination, alors qu’il n’en était rien », note l’hôpital

Nicolas Bonzom

— 

Illustration d'un accueil aux urgences.
Illustration d'un accueil aux urgences. — C. Allain / 20 Minutes

Une maman homosexuelle a expliqué avoir été refusée le 10 mars dernier à la porte des locaux de soins des urgences pédiatriques de l’hôpital de Perpignan (Pyrénées-Orientales), tandis qu’elle se serait présentée avec sa compagne. Leur fils de 3 ans, né après une procréation médicalement assistée (PMA) en Espagne, présentait les symptômes d’une infection urinaire.

Bien que les deux mamans aient précisé au responsable des urgences qu’elles étaient cotitulaires de l’autorité parentale, l’une d’elles n’a pas pu accompagner l’enfant.

« Un défaut de communication ou d’explications »

La direction de l’hôpital a répondu aux accusations de discrimination. Dans un communiqué, elle note que « comme dans beaucoup d’hôpitaux, la pratique est en effet de ne laisser qu’un seul parent pour accompagner l’enfant lors de la prise en charge médicale et soignante, sauf situation particulière tenant à l’état de gravité ou d’angoisse de l’enfant. Cette règle est d’autant plus nécessaire aux urgences pédiatriques de l’hôpital de Perpignan que les locaux de soins sont relativement exigus ».

« Il semblerait qu’un défaut de communication ou d’explications ait pu laisser penser aux deux mamans qu’il s’agissait d’une discrimination, alors qu’il n’en était rien », poursuit la direction de l’hôpital de Perpignan, qui indique qu’elle va recevoir le couple, pour « comprendre les causes de leur ressenti et voir comment éviter ce type de situation. »