Nantes: La ville s'engage à chasser le plastique de ses cantines scolaires (mais cherche comment faire)

SANTE La mairie a annoncé travailler au remplacement des barquettes et vaisselle en plastique, qui suscitent l'inquiétude des parents d'élèves

Julie Urbach

— 

Nantes, le 13/10/2010 Cuisine centrale des cantines municipales ou sont preparees tous les menus
Nantes, le 13/10/2010 Cuisine centrale des cantines municipales ou sont preparees tous les menus — © Fabrice ELSNER
  • De la vaisselle en inox et verre trempé va faire son apparition au mois de mai dans certaines cantines nantaises, avant sa généralisation d'ici à février 2020.
  • En parallèle, des tests sont menés afin de remplacer les barquettes en plastique, dans lesquels les repas sont conditionnés et réchauffés.

La mobilisation des parents d'élèves semble avoir porté ses fruits. A la suite de plusieurs réunions de travail et d’une pétition rassemblant plus de 3.000 signatures, la mairie de Nantes s’est engagée (à l’instar d'autres villes) à bannir petit à petit le plastique des cantines scolaires, et ce avant 2025 comme l’exige désormais la loi.

Ce mercredi, elle a annoncé la mise en place « rapide » de « premières mesures concrètes », et notamment « le changement de la vaisselle dans une dizaine de restaurants pilotes ». Ainsi, à partir du mois de mai seront déployés plusieurs modèles de verres et assiettes en verre trempé et des pichets en inox, « plus légers que la vaisselle traditionnelle », et fabriqués en France. A la suite d’une phase d’expérimentation, la mairie s’engage à équiper petit à petit les 87 restaurants scolaires « d’ici à février 2020 ».

Quelle alternative aux barquettes plastiques ?

La problématique des barquettes en plastique, autre grief important des parents, n’est cependant pas encore résolue. Ce que demandent les familles, inquiètes des potentielles substances toxiques ou perturbateurs endocriniens, c’est que les 15.000 repas (fabriqués à la cuisine centrale) servis quotidiennement aux écoliers ne soient plus conditionnés puis réchauffés dans des barquettes en plastique. « Une recherche de solutions pour leur remplacement » est en cours, assure la mairie, qui a lancé « un certain nombre de tests » après avoir évoqué par le passé des problèmes de faisabilité. L’hypothèse d’utiliser des barquettes d'origine végétale, « recyclables et compostables », fait partie des pistes évoquées.

« Nous sommes très satisfaits du changement de la vaisselle, mais beaucoup plus mitigés sur la question des barquettes, réagit Karen Belléguic, représentante de l’association Cantines sans plastique 44. Nous sommes contre les barquettes en cellulose car elles comportent toujours du plastique, notamment dans l’opercule. Elles ne régleront donc pas la question des risques, ni celle des déchets. A part l’inox, il n’y a pas beaucoup d’autres solutions. Mais pour cela, la mairie doit accepter de revoir toute son organisation. »