Meurtre filmé à Lyon: Trois mineurs suspectés ont été arrêtés en Espagne

ENQUETE Trois mandats d'arrêt européens ont été délivrés

Caroline Girardon

— 

Illustration d'un agent de police.
Illustration d'un agent de police. — Anja Osenberg
  • Trois mineurs, d’origine algérienne, ont été arrêtés après avoir tenté de frauder dans le métro à Valence, en Espagne.
  • Ils pourraient être impliqués dans le meurtre de la Croix-Rousse.
  • Le 5 mars, une vidéo avait été postée sur les réseaux sociaux montrant un homme de 28 ans se faire poignarder en direct.

Trois mineurs de nationalité algérienne, soupçonnés d’être impliqués dans le meurtre filmé à Lyon, ont été interpellés en Espagne, où ils sont actuellement retenus. « Ils pourraient correspondre aux personnes recherchées », explique Nicolas Jacquet, le procureur de la République de Lyon, précisant que trois mandats d’arrêts européens ont été délivrés par le juge d’instruction.

Des policiers français sont en route vers l’Espagne pour mettre en œuvre un ordre d’extradition présenté par la France. « Des vérifications sont en cours pour s’assurer qu’ils sont bien les mis en cause de l’homicide de la Croix-Rousse », poursuit le procureur.

Actes de tortures et de barbarie

Une information judiciaire a été ouverte par le parquet de Lyon lundi, pour « meurtre précédé et accompagné d’actes de tortures et de barbarie commis en bande organisée » pour la première victime et « actes de tortures et de barbarie commis en bande organisée » pour la seconde.

Un jeune homme, mineur également, a par ailleurs été présenté hier devant le juge d’instruction. Mis en examen des chefs de non-assistance à personne en danger et non-dénonciation de crime, il a été placé en détention provisoire.

Trahis par leurs chaussettes

Les trois garçons ont été arrêtés dans le métro à Valence alors qu’ils tentaient de voyager sans tickets, rapporte le journal Levante-EMV. Les agents ont rapidement compris que les fraudeurs étaient des mineurs non accompagnés. Ils ont alors saisi le parquet des mineurs.

« Les policiers se sont rendu compte qu’ils portaient des chaussures tachées de sang et des coupures récentes aux mains », rapporte le journal, selon lequel les adolescents auraient pu être identifiés grâce à la vidéo postée sur les réseaux sociaux.

Une soixantaine de coups par arme blanche

Le 5 mars, un homme avait alerté la police après avoir vu une vidéo montrant l’un de ses amis en train de se faire poignarder. Quelques minutes plus tard, le corps de la victime âgée de 28 ans et de nationalité algérienne avait été découvert dans son appartement. L’autopsie a ensuite révélé « une soixantaine de plaies par arme blanche ».

La vidéo montrait une seconde victime, gisant au sol. Identifiée, elle a pu être entendue par les enquêteurs. «Ses jours ne sont pas en danger même si elle souffre de nombreuses blessures », avait indiqué le parquet le 7 mars.