Notre-Dame-des-Landes: Les gendarmes de retour dans la ZAD pour détruire des cabanes

ZAD Une «opération de déconstruction» de cabanes a lieu ce mardi sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes

20 Minutes avec AFP

— 

Sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes en avril 2018
Sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes en avril 2018 — D. Meyer/ AFP

L’Etat avait annoncé que toute nouvelle cabane serait démolie. Ce mardi, une opération de gendarmerie est menée dans la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. L’objectif de la démarche est de détruire des constructions en bois érigées illégalement sur une parcelle appartenant à l’Etat. Elles avaient été construites à l’occasion de l’anniversaire de l' abandon du projet d'aéroport, le 17 janvier 2018.

Depuis 7h, « une opération de déconstruction de deux structures en bois situées aux abords de la route départementale 281 a été engagée et sera terminée dans la journée », a déclaré la préfecture, soulignant qu’elle se déroulait « dans le calme ». « Cette opération n’a aucune conséquence sur le processus de régularisation engagé avec les habitants » et « s’inscrit dans le cadre du maintien de l’ordre classique », a-t-elle ajouté.

Pas de lien avec les projets agricoles

Ces constructions sont « sans lien avec les projets agricoles qui ont fait l’objet de conventions d’occupation précaire. L’État a toujours été clair et n’accepte aucune reconstruction des squats illégaux qui avaient été détruits lors des deux phases d’expulsion », a précisé la préfecture.

En décembre, l’Etat et le département de Loire-Atlantique ont concrétisé un accord sur la rétrocession de 895 hectares de terres, initialement prévues pour accueillir le futur aéroport, à des fins agricoles. Elle devrait être effective fin mars.