Saint-Malo: Après deux mois de grève, le personnel des urgences met fin au mouvement

SOCIAL Ils protestaient depuis la mi-janvier contre des conditions de travail «indignes»

J.G. avec AFP

— 

Les urgences d'un hôpital (Illustration)
Les urgences d'un hôpital (Illustration) — A. GELEBART / 20 MINUTES

Ils se disent « épuisés » par deux mois de mouvement. Le personnel des urgences de Saint-Malo a voté lundi à une très large majorité la fin de la grève entamée le 14 janvier. Le mouvement était parti d’une quarantaine d’aides-soignants et de brancardiers des urgences qui, soutenus par les médecins, dénonçaient les conditions de travail « indignes » et le manque de moyens dans l’établissement. Début février, ils avaient posté un clip sur les réseaux sociaux, visionné par plus de 750.000 personnes.

La fin de la grève ne signifie pas pour autant la fin de la mobilisation. « Loin d’avoir obtenu gain de cause, le mouvement des tenues blanches est en sommeil pour le moment », ont indiqué les grévistes sur leur page Facebook.

Ils jugent en effet les avancées « insuffisantes », estimant que la direction n’a pas répondu à « la problématique du manque de moyens humains et de locaux adaptés ». « Depuis dimanche soir, on a des patients qui sont passés aux urgences et ont encore attendu 20 heures. Dès qu’il y a une activité importante, on se retrouve avec plein de patients dans les couloirs », a expliqué à l’AFP Eric Adam, représentant du personnel et membre de l’intersyndicale Sud-CGT-FO.