«Gilets jaunes»: Echange tendu entre Laurent Ruquier et le journaliste autoproclamé du mouvement

MEDIAS « Vous me virez ça, vous n’avez pas le droit de me filmer », a lancé Laurent Ruquier à Marc Rylewski, tout en tentant de faire tomber la caméra

M.P.

— 

Laurent Ruquier à Carcassonne en juin 2017.
Laurent Ruquier à Carcassonne en juin 2017. — C. DELAHAYE/SIPA

« Je vais te péter la gueule. Tu te tires, tu te tires tout de suite. » Laurent Ruquier a eu une violente altercation avec l’autoproclamé journaliste des « gilets jaunes ». L’ex-paparazzo Marc Rylewski [ Isadora Duncan sur YouTube] est désormais connu pour interpeller les personnalités dans la rue en demandant leur avis sur le mouvement des « gilets jaunes » ou en les questionnant sur leur salaire ou des soupçons de collusions avant de diffuser les vidéos sur Internet.

Après avoir interviewé Jean-Michel Aphatie, Franck Dubosc, Stéphane Bern ou Nicole Belloubet, le « journaliste » a cette fois tenté d’obtenir des réponses de l’animateur de On n’est pas couché. La vidéo a été postée ce jeudi sur la chaîne YouTube du pseudo journaliste et on y voit Laurent Ruquier (à 1’42 minute) refuser d’emblée d’échanger avec le « gilet jaune » et tenter de faire tomber sa caméra. Agacé, il poursuit Marc Rylewski dans la rue, attrape son bras et menace d’appeler « les flics ».

« Je connais très bien votre système, je vous ai vu avec Aphatie tout ça… »

Laurent Ruquier finira par demander aux passants de le « séparer de ce monsieur », tandis que Marc Rylewski lui demande en ricanant : « Laurent, tu ne veux pas qu’on prenne une photo de toi nu sur une grande peau de bête ? » Il faudra l’intervention d’un homme qui se dit avocat pour que les deux hommes s’éloignent l’un de l’autre.

L’animateur avait déjà été pris à partie par le « journaliste », au mois de février dernier. La rencontre avait tourné à l’affrontement. « Je connais très bien votre système, je vous ai vu avec Aphatie tout ça… Je n’ai pas envie que vous me filmiez. […] Vous me virez ça, vous n’avez pas le droit de me filmer et je n’ai pas à répondre à vos questions », avait lancé Laurent Ruquier, en tentant là encore de se saisir de la caméra.

« J’ai vécu pendant des années en Amérique et j’ai vu là-bas qu’ils peuvent pratiquer un journalisme autrement plus in your face, avait expliqué Marc Rylewski, en janvier dernier à l’AFP. Cette pratique, je pense, arrive à point nommé pour servir la cause des "gilets jaunes". »