Sondage #MoiJeune OpinionWay: 92% des 18-30 ans estiment que le sexisme est un problème dans notre société

EXCLUSIF A l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, une étude de OpinionWay pour « 20 Minutes » analyse le rapport des jeunes au sexisme

Charlotte Murat

— 

Une étudiante espagnole lors d'une marche contre le sexisme à Madrid le 14 novembre 2018.
Une étudiante espagnole lors d'une marche contre le sexisme à Madrid le 14 novembre 2018. — OSCAR DEL POZO / AFP
  • Près de 92 % des jeunes estiment que le sexisme est un problème dans notre société.
  • Au moins 73 % des hommes ont déjà ressenti une pression sexiste et 99 % des femmes ont déjà été victimes d’un acte ou d’un commentaire sexiste.
  • Pour autant, ce n’est pas une fatalité. 78 % des jeunes disent combattre le sexisme.
  • Pour 61 % d’entre eux, la clé est l’éducation des enfants dès le plus jeune âge.

Il y a eu l’affaire Weinstein et #MeToo. Il y a la « Lligue du LOL » et l' enquête #EntenduALaRedac qui révélait jeudi que 208 rédactions françaises (dont celle de 20 Minutes) sont touchées par des propos ou des violences sexistes. Et puis il y a eu le premier rapport rendu en janvier par le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, selon lequel 10 millions de femmes ont vécu un acte sexiste ces derniers temps.

A l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, ce vendredi 8 mars, nous avons interrogé les 18-30 ans sur le sexisme ordinaire, ces stéréotypes et comportement qui infériorisent les femmes. Sans surprise, 92 % des jeunes considèrent que le sexisme est un problème dans notre société, d’après une étude exclusive OpinionWay pour 20 Minutes*. Les femmes sont même 98 % à le penser (contre « seulement » 85 % des hommes) et sont 81 % à avoir eu au moins une fois le sentiment d’être traitées moins favorablement à cause de leur genre.

Le sexisme est ancré dans notre société et est alimenté à la fois par les hommes et par les femmes, estiment 54 % des 18-30 ans. Pour autant, en parle-t-on trop ou pas assez ? Pour 68 % des femmes, on n’en parle pas assez. Les hommes, eux, sont plus divisés : 39 % estiment qu’on n’en parle pas assez et 31 % estiment qu’on en parle trop. Si au total 52 % des 18-30 aimeraient que l’on parle plus de sexisme, la proportion monte à 67 % chez les plus jeunes d’entre eux, les 18-22 ans.

Alimenté autant par les femmes que par les hommes

Reste que le sexisme est partout et touche autant les femmes que les hommes. Si 73 % des hommes entre 18 et 30 ans estiment avoir déjà ressenti une pression sexiste en tant qu’homme, les femmes, elles, déclarent à 99 % avoir déjà été victimes d’un acte ou d’un commentaire sexiste. 86 % d’entre elles ont déjà entendu « Tu as tes règles ou quoi ? » lorsqu’elles étaient de mauvaise humeur, 84 % se sont déjà fait siffler dans la rue et 73 % ont déjà entendu des remarques hors de propos sur leur physique. De plus, 72 % des jeunes, hommes et femmes, ont déjà entendu des propos dévalorisants comme « Elle est hystérique » ou « Elle est pire qu’un homme » à propos d’une femme exerçant un poste à responsabilité.

Est-ce un état de fait, une fatalité avec laquelle nous sommes condamnés à vivre ? Non ! 78 % des 18-30 ans disent combattre le sexisme, que cela soit pour les cas les plus graves (47 %) ou de façon systématique (31 %).

Leur génération moins sexiste que celle de leurs parents

La société évolue dans le sens d’une plus grande égalité entre les hommes et les femmes, et les jeunes sont de ce combat. 80 % d’entre eux estiment ainsi que leur génération est moins sexiste que celle de leurs parents. Exemple des évolutions de notre société : 87 % des 18-30 ans considèrent comme normal le fait qu’il y ait de plus en plus de pères au foyer. Seuls 3 % d’entre eux estiment que c’est dévalorisant pour l’homme. Ce statut est même davantage accepté dans les zones rurales que dans les agglomérations de plus de 200.000 habitants (93 % contre 86 %).

Car c’est sur la répartition des rôles que se ressent le plus le sexisme. A la question du pire préjugé sexiste, les jeunes citent spontanément et majoritairement le fait de cantonner les femmes aux tâches ménagères et à l’éducation des enfants et le fait qu’elles soient jugées inférieures aux hommes.

Lutter par l’éducation

Que faire alors ? Comment combattre le sexisme, faire aller la société dans le sens d’une plus grande égalité entre les hommes et les femmes ? Pour les 18-30 ans, cela ne passe pas par la répression. Ils ne sont que 3 % à penser qu’il faille sanctionner les auteurs d’actes sexistes. 23 % des jeunes estiment qu’il faut lutter contre les stéréotypes de genre dans les médias et la publicité. Mais surtout, pour 61 % des 18-30 ans, la clé, c’est l’éducation des enfants dès le plus jeune âge. Tout un programme.

* Etude #MoiJeune OpinionWay pour 20 Minutes réalisée en ligne du 28 février au 5 mars 2019 auprès d’un échantillon représentatif de 831 jeunes âgés de 18 à 30 ans (méthode des quotas).

Si vous avez entre 18 et 30 ans, vous pouvez participer au projet
«#MOIJEUNE», une série d'enquêtes lancée par 20 Minutes et construite avec
et pour les jeunes. Toutes les infos pour vous inscrire en ligne ici.