VIDEO. «Attaque terroriste» à la prison d'Alençon: «Tout le personnel est complètement dégoûté»

MOBILISATION David Geniteau, surveillant à Condé-sur-Sarthe, détaille auprès de « 20 Minutes » les revendications du personnel pénitentiaire

B.D., E.P. pour la vidéo

— 

L'intervention est toujours en cours à la prison de Condé-sur-Sarthe dans l'Orne.
L'intervention est toujours en cours à la prison de Condé-sur-Sarthe dans l'Orne. — JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Une attaque, 18 prisons bloquées, et des revendications. Après l’agression de deux surveillants par un détenu radicalisé, la prison d’Alençon/Condé-sur-Sarthe est bloquée depuis ce mercredi matin par le personnel pénitentiaire.

Ce mouvement de protestation a été rejoint temporairement par d’autres établissements en France, à l’appel de l’intersyndicale des surveillants de prison. Yoan Karar, secrétaire général adjoint Force Ouvrière, majoritaire, a indiqué à l’AFP que « les revendications portent sur la sécurité et les salaires ».

David Geniteau, surveillant à Condé-sur-Sarthe, y ajoute des demandes plus locales.

Alors que 18 établissements étaient bloqués en début de matinée, seulement deux (Condé et Rouen) l’étaient encore en début d’après-midi. Des débrayages ponctuels, des rassemblements et des retards de prises de service ont été également constatés, selon l’administration pénitentiaire.

Selon Emmanuel Guimaraes, délégué national FO, « on va revivre ce qui s’est passé l’année dernière », en allusion à l’important mouvement social qui avait touché les prisons après l’agression de trois surveillants par un islamiste à Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais) en janvier 2018.