Taxe carbone, mobilité, économies... L'Assemblée lance une grande consultation sur la transition énergétique

ENERGIE Calquée sur le modèle de la grande consultation pour le changement d'heure, elle est ouverte jusqu'au 17 avril

20 Minutes avec AFP

— 

Un parc d'éoliennes (image d'illustration).
Un parc d'éoliennes (image d'illustration). — Pixabay/ Sarangib

Solaire, biomasse, éolien, fiscalité écologique… Une consultation citoyenne sur les freins à la transition énergétique  a été ouverte ce mercredi sur le site de l'Assemblée nationale. Les citoyens ont jusqu’au 17 avril pour se prononcer en ligne.

Après le succès remporté par la consultation sur le changement d’heure, les responsables de cette initiative espèrent obtenir visibilité et participation importante. Durant six semaines, jusqu’au 17 avril, les citoyens sont invités à s’exprimer sur sept thèmes : les freins à la mobilité durable, aux économies d’énergie, au développement des énergies renouvelables, au changement des pratiques, les mesures économiques et fiscales favorables, le rôle des filières énergétiques et industrielles et enfin, les méthodes d’organisation.

Manque de vision à long terme

Les internautes pourront réagir aux interventions, faire des propositions et voter pour celles qu’ils jugeront les plus pertinentes. Parmi les premiers freins identifiés par la commission, figurent le manque de vision à long terme sur le mix énergétique pour la production et la consommation, ou l’absence de structuration de certaines filières, comme celle du photovoltaïque.

« Notre mission fait notamment sens dans le contexte de la crise des "gilets jaunes" », a estimé le président de la mission, Julien Dive (LR). Le mouvement a débuté en octobre dernier sur la question de la fiscalité écologique, avec la hausse programmée du prix des carburants. Et, si la hausse de la taxe carbone a été mise de côté, elle fait toujours débat, plusieurs responsables politiques dont le ministre de la Transition écologique François de Rugy, s’étant prononcés pour son retour.