Emeutes à Grenoble: Une marche blanche organisée en soutien aux familles des deux jeunes, morts lors de la course-poursuite

RECUEILLEMENT Le cortège doit se réunir mercredi à 16 heures dans le quartier Mistral en soutien aux proches des deux jeunes de 17 et 19 ans décédés samedi

Elisa Frisullo

— 

Ce mardi 5 mars 2019, à Grenoble.
Ce mardi 5 mars 2019, à Grenoble. — AFP
  • Une marche blanche «pour la vérité et la justice» et en soutien aux familles de Adam et Fatih est organisée à 16 heures ce mercredi à Grenoble.
  • Après trois nuits d’émeutes au Mistral, où vivaient les deux victimes, les parents de l’un des garçons décédés ont lancé un appel au calme.

Ils devraient être nombreux à répondre présents en mémoire d’Adam et Fatih, deux « gosses » du quartier. A 16 heures ce mercredi, une marche blanche est organisée dans le quartier du Mistral à Grenoble (Isère) en soutien aux familles des deux jeunes de 17 ans et 19 ans, tués dans un accident de scooter samedi soir alors qu’ils étaient poursuivis par la Bac.

Un appel à la mobilisation pour la « vérité et à la justice » mais également un temps de recueillement que beaucoup espèrent source d’apaisement dans ce quartier où des scènes d'émeutes ont éclaté chaque nuit depuis le décès des deux garçons. Ce mardi, après une nouvelle nuit de violence qui s’est propagée à d’autres secteurs de Grenoble, les parents d’Adam, 17 ans, ont lancé un appel au calme « aux jeunes ».

L’appel au calme des parents d’Adam

« On ne voulait pas de violence, ce n’est pas le bon chemin. Il y a le droit, des juges, des avocats, la violence n’amène que des choses graves », a souligné la mère du jeune homme, interrogée par Le Dauphiné. Un message appuyé par le père du garçon, soucieux qu’après la mort de son fils et de son ami, il n’y ait plus d’autres victimes.

Le cortège, qui doit se réunir au Mistral, aux abords de l’association d’éducation populaire Le Plateau (76 rue Anatole-France), doit ensuite rejoindre le centre de Grenoble.

Après le décès des deux jeunes hommes, le procureur de la République de Grenoble a ouvert une information judiciaire dimanche pour « recherche des causes de la mort » afin de déterminer les circonstances précises dans lesquelles les victimes ont été tuées. D’après les premiers éléments dévoilés par le parquet, les garçons, percutés par un car alors qu’ils doublaient par la droite, circulaient sans casque sur un scooter de grosse cylindrée, volé et dépourvu de plaque d'immatriculation.