C'est l'heure du BIM: Macron pris à partie, Kim et Trump poursuivent leurs «discussions» et YouTube bloque des commentaires

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu'il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d'information matinal (BIM)

VRB

— 

Une habitante de Pessac tente de faire enfiler un collier de gilet jaune à Emmanuel Macron, le 28 février 2019.
Une habitante de Pessac tente de faire enfiler un collier de gilet jaune à Emmanuel Macron, le 28 février 2019. — Caroline BLUMBERG / POOL / AFP

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap' pour vous aider à y voir plus clair.

Emmanuel Macron pris à partie par une « gilet jaune »

« J’ai le droit de ne pas mettre un "gilet jaune" »… Emmanuel Macron a eu un vif échange, jeudi soir, avec une femme « gilet jaune », lors d’un débat à Pessac où il a fait irruption, à la veille de sa rencontre avec des élus à Bordeaux et son maire Alain Juppé. « Quand j’ai vu sur BFM TV que vous veniez, j’ai pris ma voiture » pour venir, lance-t-elle, devant 400 femmes réunies dans un gymnase. « Parce que depuis le 17 novembre je suis "gilet jaune" », poursuit-elle, applaudie par une partie de la salle. On vous en dit plus par ici... 

Kim et Trump poursuivent leurs « discussions » sur la dénucléarisation*

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et le président américain Donald Trump sont convenus de continuer « leurs discussions fructueuses sur la dénucléarisation », a indiqué ce vendredi l’agence officielle nord-coréenne KCNA, quelques heures après la fin abrupte et sans accord d’un sommet entre les deux hommes à Hanoï. Kim et Trump « sont convenus de continuer leurs discussions fructueuses sur la dénucléarisation de la péninsule coréennes et l’amélioration des relations américano-nord-coréennes », a indiqué KCNA, sans évoquer l’absence de résultat des deux jours de rencontre à Hanoï.

Pédophilie: YouTube bloque les commentaires sous la plupart des vidéos de mineurs

Après avoir déjà supprimé des millions de commentaires suspects accompagnant des vidéos d'enfants, YouTube a décidé d'aller plus loin en supprimant la possibilité de commenter la plupart des vidéos montrant des mineurs, terrain de chasse des pédophiles. Le site possédé par Google avait annoncé la semaine dernière la suppression de millions de commentaires, utilisés par des pédophiles pour se transmettre discrètement des vidéos d'enfants, un problème qui a poussé certaines marques à retirer leurs publicités du site.