Circulation différenciée à Lyon: La police favorise la prévention lors des contrôles de vignettes Crit'Air

POLLUTION Des contrôles de police ont été menés ce jeudi à Lyon et Villeurbanne, où seuls les véhicules dotés d’une vignette Crit’Air étaient autorisés à circuler

Elisa Frisullo

— 

Lors d'un contrôle de police mené le 28 février à Lyon, où la circulation différenciée a été mise en place en pleine alerte à la pollution.
Lors d'un contrôle de police mené le 28 février à Lyon, où la circulation différenciée a été mise en place en pleine alerte à la pollution. — E. Frisullo / 20 Minutes
  • Ce jeudi, la circulation différenciée a été instaurée à Lyon et Villeurbanne et est reconduite vendredi, en raison du pic de pollution aux particules fines observé dans le bassin lyonnais.
  • Tous les véhicules dotés d’une vignette Crit’Air pouvaient circuler.
  • Les contrôles de police effectués ce jeudi pour s’assurer du bon respect de la mesure ont confirmé que bon nombre d’automobilistes n'ont toujours pas acheté le macaron qualité de l’air.

Alors que Lyon est recouverte d’une brume matinale, signe devenu fréquent de la pollution qui sévit depuis lundi sur la ville, le trafic automobile bat son plein sur les quais du Rhône. Comme chaque matin. Ce jeudi pourtant, la circulation différenciée a été instaurée dès l'aube  à Lyon et Villeurbanne, en proie aux particules fines, comme tout le bassin lyonnais. Seule condition requise pour pouvoir circuler librement : être doté de la vignette Crit’Air.

Pour veiller au bon respect des mesures imposées par la préfecture du Rhône et maintenues vendredi, les policiers de la cellule sécurité routière étaient positionnés sur les quais du Rhône pour procéder à des contrôles routiers. Des vérifications effectuées davantage sur le ton de la pédagogie que de la répression. « Nous sommes plus dans la prévention aujourd’hui. Si la personne contrôlée est correcte et que son véhicule n’est pas trop polluant, nous ne verbalisons pas », souligne le commandant Bertrand Dufour, chef de la brigade.

 

La moitié des véhicules du Rhône dotée de la vignette Crit’Air

Deux ans après le lancement de la vignette Crit’Air, le macaron à positionner sur son pare-brise est encore absent de multiples véhicules. « Certains se sont demandé pourquoi, comme Lille et Paris l’ont fait, nous n’avions pas autorisé la circulation des seules vignettes Crit’Air 1, 2 ou 3 plutôt que tous les véhicules dotés du macaron. Mais dans le Rhône, 50 % des véhicules seulement ont la vignette. Ce qui signifie que déjà, avec la mesure que nous avons prise, la moitié des véhicules ne devraient pas circuler aujourd’hui », explique à 20 Minutes David Clavière, préfet délégué pour la défense et la sécurité dans le Rhône.

En théorie du moins. Car en pratique, bon nombre d’automobilistes contrôlés ce jeudi matin n’ont pas respecté la mesure préfectorale.

« Ceux qui n’ont pas la vignette Crit’Air nous expliquent qu’ils n’étaient pas au courant de la mise en place de la circulation différenciée ou qu’ils n’ont pas eu le temps d’acheter le macaron », explique la commissaire Mathilde Bourgoin. Ils sont globalement d’accord avec les grands principes environnementaux mais si les mesures prises pour aller travailler les retarde, ça les ennuie plus.»

 

 

« Je suis super-écolo », lâche un conducteur contrôlé sans vignette

Sans vignette au volant d’une voiture polluante, l’un des automobilistes contrôlés ne cherche pas d’excuse devant les policiers. Et développe un argumentaire pour le moins étonnant. « Je suis super écolo, lâche le sexagénaire, pourtant peu enclin à acheter le certificat qualité de l’air. Franchement, je ne suis pas convaincu de l’intérêt de ces mesures si tout le monde au niveau mondial n’agit pas contre la pollution. Chacun à notre niveau, ça ne sert pas à grand chose ce type de mesure. On a trente ans de retard pour lutter contre la pollution », ajoute-t-il.

« Vous savez, la vignette coûte moins de 4 euros. Si vous vous faites verbaliser parce que vous ne l’avez pas, c’est 45 euros », lui rappelle gentiment le policier procédant au contrôle. Une démonstration qui semble faire mouche auprès de l’automobiliste qui reprend la route, sans avoir été verbalisé, après avoir finalement assuré qu’il se procurerait un macaron rapidement.

L'alerte 2 maintenue vendredi, la circulation différenciée aussi

« On a encore du travail pour faire passer le message auprès du public, observe le commandant Dufour. L’objectif des opérations de police comme celle d’aujourd’hui est de faire comprendre aux automobilistes qu’ils doivent se procurer la vignette ». Car lors des prochains contrôles, la répression devrait être beaucoup plus marquée que ce jeudi, prévient la police.

De nouvelles vérifications devraient avoir lieu dès vendredi, la circulation différenciée ayant été maintenue par les services de l'Etat. « Le niveau de vigilance rouge "pollution de l’air" est maintenu par Air Atmo pour une durée de 24 heures. Par conséquent, même si une franche amélioration des taux de pollution est attendu dés demain, le préfet
a décidé de prolonger les mesures d’urgences», ont indiqué ce jeudi après-midi les services de l'Etat.