Haute-Savoie: Un alpiniste polonais se tue dans le Mont-Blanc

DRAME Il a dévissé alors qu'il se trouvait en descente sur une pente raide

20 Minutes avec AFP

— 

Le Mont-Blanc, en Haute-Savoie.
Le Mont-Blanc, en Haute-Savoie. — Allili/ Sipa

Un alpiniste polonais s’est tué mardi matin en Haute-Savoie après avoir dévissé et chuté de 400 mètres alors qu’il revenait de l’ascension du Mont-Blanc en compagnie de cinq autres alpinistes, a-t-on appris auprès des secours en montagne.

L’accident a eu lieu vers 9h45 à 2.200 mètres d’altitude tandis que la cordée, composée d’alpinistes polonais et russes expérimentés, se trouvait en descente sur une pente raide située entre le Nid d’aigle et le col du Mont-Lachat.

Parmi eux se trouvait Denis Ouroubko, l’alpiniste russe qui a mené l’opération de sauvetage au Pakistan, en janvier 2018, de la Française Élisabeth Revol et du Polonais Tomasz Mackiewicz, finalement retrouvé mort.

Les autres membres de la cordée indemnes

« Un des alpinistes a commis une faute technique de cramponage qu’il n’a pas réussi à récupérer, alors qu’il s’aidait d’un piolet », a précisé le Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Chamonix, confirmant une information du Dauphiné libéré.

Le groupe, qui n’était pas encordé, se dirigeait vers la commune des Houches après avoir gravi le Mont-Blanc lundi matin, lorsque leur camarade polonais a dévissé. Les autres membres de la cordée sont indemnes. Ce sont eux qui ont prévenu les secours.

Selon les premiers éléments de l’enquête, menée par le PGHM de Chamonix, il semblerait qu’un « défaut de vigilance » au moment d’un changement de position ait été fatal à l’alpiniste polonais, dont l’identité n’a pas été dévoilée.