Les passages piétons 3D, la bonne idée qui a du mal à trouver ses marques

SÉCURITÉ ROUTIÈRE Ce type de marquage en trompe l’œil, qui vient d’arriver dans l’agglomération nantaise, se multiplie en France

Julie Urbach avec B.C.

— 

Un passage piéton en 3D à Rezé
Un passage piéton en 3D à Rezé — J. Urbach/ 20 Minutes
  • Le passage piéton 3D « repose sur un jeu de couleurs, visible de nuit, qui donne un effet en trois dimensions ».
  • A Nantes ou dans d'autres communes qui ont plus de recul, les premiers résultats ne semblent pas concluants.

L’idée est séduisante et rend vraiment bien en photo. Depuis quelques mois, les passages piétons en 3D se multiplient dans l’Hexagone. Ces derniers jours, après Cysoing, Locminé, ou Paris, ces drôles de marquages au sol sont arrivés dans la région nantaise, et notamment à Sautron et Rezé. Mais avouons-le d’emblée : dans cette seconde commune, on a dû passer deux fois en voiture pour finalement apercevoir les traditionnelles bandes blanches « sortir » du sol.

Un peu dommage dans la mesure où ce trompe l’œil est censé interpeller les conducteurs, qui s’élancent parfois trop vite dans cette ligne droite en zone 30, bordant un établissement scolaire. « En donnant un effet de relief, ce nouveau type de matérialisation des traversées piétonnes a pour but de responsabiliser les automobilistes en les faisant ralentir. Cela repose sur un jeu de couleurs, visible de nuit, qui donne un effet en trois dimensions », explique pourtant Nantes métropole, où le coût des trois installations a été évalué à 4.000 euros.

Un passage piéton installé à Rezé
Un passage piéton installé à Rezé - J. Urbach/ 20 Minutes

Réactions partagées

Chez les automobilistes, à Rezé, les réactions sont partagées. Nombreux sont ceux qui ne ralentissent pas et que l’on n’a donc pas pu questionner… « Moi je trouve que ce n’est pas si spectaculaire que ça, indique Jean-Bernard, un riverain, qui sort de sa voiture. Sur les photos, on a l’impression que l’on va rouler sur une brique ! Mais au volant, on regarde loin devant soi, ça ne rend pas pareil. Comme si la perspective n’était pas bonne. » « Moi, j’ai bien vu qu’il y avait quelque chose d’anormal, témoigne une mère de famille, venue chercher son fils. Je pense que c’est une bonne idée, de toute façon il faut trouver des solutions car les gens roulent trop vite ici. Mais à force, les gens vont s’y habituer. »

Car c’est bien ça le problème. Si Nantes métropole a promis qu’une évaluation serait effectuée pour « mesurer l’efficacité réelle » du dispositif, d’autres communes ont déjà plusieurs mois de recul. A Maisdon-sur-Sèvre, dans le vignoble, un passage piéton 3D a été tracé il y a plus de quatre mois. « Nous avons relevé des traces de freinage devant, rapporte par exemple Romain Pasquini, l’adjoint à la voirie. Ça marche pour les gens de l’extérieur. Ceux du coin ont compris que c’était un leurre. » Le trompe l’œil est cependant jugé « moins contraignant » qu’un ralentisseur. Et il a d’autres avantages : « Ça ne coûte pas cher, donc c’est facilement retirable… ».

Le premier passage piéton en 3D en France a été installé fin octobre à Cysoing dans le nord.
Le premier passage piéton en 3D en France a été installé fin octobre à Cysoing dans le nord. - PHILIPPE HUGUEN / AFP

Si la commune se laisse encore du temps pour décider de dupliquer, ou non, ces marquages, c’est un constat d’échec qui a été dressé à Toulouse. L’illusion d’optique été installée en décembre 2017 devant une école du quartier du Mirail. « Nous avons fait le point avec le corps enseignant sur cette expérimentation. Cela a fait effet le premier mois, après les gens s’habituent, confie l’adjoint de quartier, Franck Biasotto. En toute objectivité, pour nous ce n’est pas concluant. Nous avons donc décidé de ne pas généraliser ce dispositif. »